Un incendie maitrisé

Je me sentais comme une folle de remercier Hachem pendant que ma maison brûlait, mais je savais que c'était la vérité et la seule chose qui pourrait m'aider...

5 Temps de lecture

Rachel Avrahmi

Posté sur 21.06.20

Je me sentais comme une folle de remercier Hachem pendant que ma maison brûlait, mais je savais que c'était la vérité et la seule chose qui pourrait m'aider…
 

Nous avons récemment reçu cette histoire poignante et inspirante…

C'était vendredi soir, vers 22 heures, une semaine avant Roch Hachana. Mon mari et moi étions assis à la table du Chabat en train de lire le feuillet Breslev, dans une section traitant des obstacles au fait de se rendre à Ouman pour Roch Hachana.

Soudain, tout le courant est tombé dans la maison.

Une petite voix retentit dans ma tête : « Vérifie le compteur électrique ! MAINTENANT ! » Alors que je sortais en courant (dans notre appartement israélien, la boîte est dans le couloir à quelques mètres de notre porte d'entrée), mon mari me demandait : « À quoi ça sert ? Nous ne pouvons rien faire de toute façon, c'est Chabat… »

J'ai ouvert les portes en bois – et notre panneau électrique était EN FEU.

J'ai descendu l’escalier pour trouver le concierge. Heureusement, sa table était pleine et tout le monde s'est précipité pour frapper aux portes et dire aux gens d’évacuer l’immeuble. En quelques minutes, tout le bâtiment descendait les escaliers pour sauver sa vie. Ce fut une grande bénédiction d'avoir attrapé le feu si tôt, parce que les gens du cinquième étage devaient passer à côté du compteur en feu pour descendre les escaliers – outre le fait que mon mari et moi devions passer avec nos jeunes enfants. Nous les avons littéralement sortis de leur lit en pyjama et avons couru – pas le temps de penser aux chaussures et aux chaussettes, sans parler des manteaux.

Alors que je descendais les escaliers en portant le tout-petit et en tenant la main de mon fils aîné, je me suis dit : « Pour quoi puis-je prier maintenant ? Je peux prier pour que personne ne soit blessé, mais c'est Chabat. Je ne peux pas prier pour le physique. Je ne peux pas prier pour ma maison. Mais une minute ! Je peux dire merci ! »

Dès que nous sommes sortis du bâtiment, j'ai attrapé les enfants et j'ai couru vers le côté du bâtiment où personne ne pouvait nous voir, et j'ai commencé à danser avec eux, en chantant la chanson de Rav Arush : « Merci Hachem, nous sommes hors du bâtiment, vivants ! Merci Hachem, qu'il y ait eut un court-circuit ! Nous ne comprenons pas, nous croyons seulement que tout est pour le mieux ! » Je me sentais comme une folle, dansant pendant que ma maison était en feu, mais je savais que c'était la vérité et la seule chose qui pourrait vraiment m'aider. Cela m’a semblé au moins 20 minutes, mais mon mari a dit que cela n’a duré que 5-7 minutes au total.

Quel soulagement d'entendre ces sirènes. Je n'aurais jamais imaginé qu’elles sonneraient comme de la musique à mes oreilles ! Étant la première à avoir vu le feu, dès que le premier camion de pompiers s'est arrêté, j'ai couru pour leur dire exactement où était le feu. J'étais submergé d'émotion en les regardant courir dans le bâtiment sombre (à ce moment-là, le feu avait coupé le courant dans la majeure partie du bâtiment) et j'ai levé les yeux pour voir une épaisse fumée noire s'échapper de la fenêtre du couloir à côté de notre maison.

Une heure difficile est passée. Les enfants tremblaient de peur et nous avons juste continué à renforcer notre emouna et à remercier Hachem, essayant de les garder calmes. Toute la communauté est venue nous apporter de la nourriture, des boissons, des couvertures et… des câlins. Enfin, le chef des pompiers est venu nous annoncer la nouvelle : « Le couloir est complètement détruit mais votre maison est sauvée. » Bien sûr, nous étions ravis de la nouvelle !

Après Chabat, le nettoyage et l'enquête ont commencé. Il y avait un flux constant d'enquêteurs sur les incendies, de la compagnie d'électricité, des experts en assurance et plus encore. Chacun nous a dit : « C'est un miracle complet que nous ne pouvons pas expliquer. Ces incendies ne sont jamais arrêtés à temps car ils brûlent si vite le long des câbles électriques. Votre maison aurait dû être une ruine. » À chacun, j'ai montré la Mézouza sur la porte et j'ai dit : « Le Rav Chalom Arouch a mis cette Mézouza sur la porte et, par son mérite, la maison a été sauvée ! »

Lorsque l'électricien est venu démonter les câbles brûlés, je lui ai demandé : « Où le feu s'est-il arrêté exactement ? » Il a fondu en larmes et m'a crié : « Au millimètre près de votre appartement ! Un millimètre de plus et il entrait à l'intérieur, et il n'y aurait pas eu de fin heureuse ! »

Le Rav Arouch écrit dans Le Jardin de la Foi qu’avec la emouna, Hachem ne donne pas au feu la permission de brûler. C'est exactement ce qui nous est arrivé. Le feu a eu beaucoup de temps pour entrer dans la maison ; il n'y a pas d'autre explication. Bien sûr, nous avons de nombreux exemplaires de Likutei Moharan dans la maison, et le Rav Arouch dit que c'est aussi une ségoula contre les incendies, car il a la même guematria (valeur numérique) que le mot feu.

Les miracles ne se sont pas arrêtés là. Vous vous rappelez ? J'ai dit que nous étions en train de lire un article sur les obstacles pour aller à Ouman à Roch Hachana au moment où le feu a commencé. Je l'ai pris comme un signe que mon mari était quand même censé partir, même si les électriciens n'avaient aucune idée s'ils finiraient à temps pour passer l'inspection et nous fournir de l'électricité avant Roch Hachana. J'ai dit à mon mari : « Ce n'est qu'un test ! Tu veux que nous ayons de l'électricité pour Roch Hachana ? Vas-y ! » Le courant est revenu tard jeudi après-midi, j'ai appelé mon mari pour lui annoncer la bonne nouvelle, et il a dit : « Je viens juste d'entrer dans le Tsion de Rabbi Nah’man ! »

Ensuite, Erev Roch Hachana, mes voisins d'à côté ont frappé à la porte, disant que leur Mézouza était psoula (invalide) à cause de l'incendie. Leur porte était à plusieurs pas de plus de distance des flammes que la nôtre. En fait, nous ne comprenions même pas comment notre Mézouza était toujours là – notre œil de Juda avait fondu, et il y avait de la suie noire à l'intérieur de la porte juste là où se trouve la Mézouza, ce qui signifiait que le feu et la fumée étaient passés juste au-dessus de notre Mézouza. A coup sûr, notre Mézouza devait également être psoula, non ?

FAUX. J'ai appelé mon mari pour lui demander quoi faire : après tout, la Mézouza de la porte d'entrée est à certains égards la plus importante. Il m'a calmée et a promis de le faire vérifier dès qu'il serait rentré d'Ouman. Il a tenu parole et a consciencieusement couru immédiatement chez le Sofer qui avait écrit la Mézouza. Ils ont déroulé le parchemin ensemble et l'ont trouvée en parfait état ! Le Sofer a essuyé un peu de suie qui avait pénétré à l'intérieur et l'a rendue à mon mari !

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

Je ne suis jamais allée à une réunion de lycée, mais voir un ancien camarade de classe briller à la une d'un grand journal m'a fait me demander : "Alors et toi, qu'as- tu fait dans la vie ? "

Contenu sur le sujet

Featured Products