Une injection de motivation

S'il est vrai que l'autocritique a une place importante, c'est une grosse erreur de penser que le progrès spirituel va se produire à partir de la critique.

5 Temps de lecture

le Rav Shalom Arush

Posté sur 30.09.20

 

 

Même si vous n’êtes pas un très bon éducateur, je pense que vous pouvez toujours répondre à cette question :

 

Quelle est la bonne façon d'éduquer les enfants ? Les critiquer constamment sur tous les comportements qui ne sont pas appropriés, ou remplir leur temps d’activités positives et les remplir de bonnes actions ?

 

De toute évidence, la vraie éducation est la deuxième option. Il est essentiel de remplir le temps de l’enfant avec des activités positives, afin de lui donner la possibilité d’encourager les bons aspects de sa personnalité. Ceci, à son tour, lui donne le désir, la force et la volonté de changer sa vie pour le mieux. D'un autre côté, le chemin de la critique – même s'il est fait de la manière la plus douce – ne fait que briser les émotions fragiles de l'enfant et l'empêche d'avancer dans la vie.

 

Je veux vous révéler un petit secret : ce n’est pas seulement le cas des petits enfants. C'est aussi vrai pour nous « grands adultes » !

 

S'il est vrai que l'autocritique a une place importante, c'est une grosse erreur de penser que le progrès spirituel va se produire à partir de la critique. Pour progresser, il faut beaucoup de bonnes activités !

 

La voie de notre génération

 

Dans le langage de la Torah et des géants du moussar (la morale), c'est la différence entre « sour mé ra – détourne-toi du mal » et « assé tov – fais le bien ».

 

Bien qu'il soit en effet très important de « se détourner du mal » – et en vérité, pendant des générations, c'est toujours ainsi que les gens ont commencé à s'améliorer – le Baal Chem Tov a vu qu'à partir de sa génération, nous devions faire les choses différemment. Nous devons spécifiquement commencer par « faire le bien » en premier. Lorsque vous êtes occupé à faire le bien, vous êtes rempli d'énergie et de satisfaction, et vous avez le désir et la capacité de rester à l'écart du mal. Mais si vous ne travaillez que sur « éviter de faire le mal » – en général, il est très facile de devenir brisé et épuisé par l'effort et de perdre tout le désir et la motivation de faire le bien aussi. En conséquence, non seulement vous n'allez pas de l'avant, mais très souvent, vous reculez, D.ieu nous en préserve.

 

Le mois juif de Tichri est le mois de la Téchouva – le mois du repentir. Le repentir, par définition, est le travail de « se détourner du mal ». Mais comme je viens de l'expliquer, en se concentrant trop sur cet aspect, il est impossible de commencer une nouvelle année de bonnes actions remplies de bénédictions. Par conséquent, après les dix jours de repentir, et avant de partir en route pour la nouvelle année, Hachem nous donne une gigantesque « injection » de « faire le bien ».

 

Cette injection s'appelle – la fête de Souccot.

 

Pendant Souccot, le peuple juif s'enroule dans plusieurs mitsvotes positives tout le temps. S'asseoir dans une Soucca est l'une des rares mitsvotes que nous accomplissons de tout notre corps. Nous entrons littéralement dans la Soucca et vivons – mangeons, dormons, prions, tout ! – à l'intérieur de la mitsva ! À travers cela, les jours saints de Souccot, nous recevons une infusion de motivation qui nous accompagne tout au long du reste de l'année. Nous recevons une ardeur et un enthousiasme incroyables pour accomplir des mitsvotes, apprendre la Torah, servir Hachem, nous purifier et devenir saints, et vraiment nous séparer du mal.

 

Le Ségoula qui comprend toutes les Ségoulotes

 

Les Sages des générations ont nommé de nombreuses Ségoulotes très spéciales dans la mitsva de Soucca. C'est une Ségoula pour la paix, pour les enfants et vraiment pour à peu près tout ! C'est parce que la Soucca nous influence vers une Emouna parfaite, et une Emouna parfaite est la clé de toutes les bénédictions.

 

Rabbi Nah'man dit que la Soucca nous permet d'atteindre Hachem, ce qui signifie vivre la emouna au plus haut degré.

 

La Soucca est aussi l'aspect de binah (compréhension). Cela signifie qu'en accomplissant cette douce mitsva, vous pouvez mériter de comprendre les choses de manière approfondie. Il y a tellement de choses que nous ne comprenons que plus tard dans la vie, et nous sommes désolés de ne pas les avoir comprises avant. Au moyen de la Soucca, vous pouvez mériter de comprendre beaucoup de choses qui changeront votre vie pour le mieux.

 

La Soucca est une Ségoula de protection, car c'est un aspect des Nuages ​​de Gloire qui entouraient le peuple d'Israël et les gardaient physiquement et spirituellement. Dans notre génération, nous avons tous tellement besoin de protection – une protection matérielle contre tous les mauvais événements et toutes les afflictions, et une protection spirituelle contre toutes les influences étrangères et néfastes.

 

Lorsque vous entrez dans la Soucca, demandez à Hachem que par le mérite de la Soucca, Hachem vous protge, vous et vos enfants, des mauvaises influences et des mauvais amis. N'abandonnez pas si facilement cette mitsva sacrée ! Et si c'est difficile pour vous, il fait trop froid ou trop chaud pour vous – alors sachez que « Lefum Tzara Agra » – selon la difficulté, le mérite ! C'est exactement le moment de vous fortifier et de demander à Hachem : « Maître du monde, tout comme je m'entoure de la sainte Soucca, entoure aussi mes enfants d'un bouclier spirituel et garde-les à l'abri de tout dommage ou problème. »

 

Le vrai honneur

 

Puisque la Soucca a une telle influence et apporte avec elle tant d'avantages précieux, essayez d'être dans la Soucca autant que possible. Mangez seulement dans la Soucca et ne dormez pas en dehors de la Soucca, car pendant les sept jours de la fête, la nechama (âme) ne monte que par le sech’ach’ (la « toiture » naturelle de la Soucca).

 

Assurez-vous d'honorer la Soucca avec beaucoup de chants et de paroles de Torah, et de ne pas manquer de respect à la sainteté de la Soucca. Il y avait des gens justes qui ne prononçaient aucune parole banale dans la Soucca. Etudiez dans la Soucca avec les enfants et avec des amis, dites des paroles de Torah, remerciez Hachem et dansez dans la Soucca.

 

Et si toute l'année, nous devons faire attention à ne parler d'aucune forme de discours interdit, d'arguments ou de lachon hara (mauvaise langue) – d'autant plus à Souccot. Toute la sainteté de la Soucca dépend de la parole comme expliqué dans Likutey Moharan (48), que les paroles saintes suscitent la sainteté de la Soucca et donnent de la force au peuple juif. Les paroles impies et que D.ieu interdit, suscitent la « Souccat Notzrim » (la Soucca des non-juifs) et donnent le pouvoir aux nations du monde.

 

Respecter la Soucca, c'est aussi ne pas se plaindre même si elle est un peu encombrée et pas toujours à l'aise. Lorsque vous êtes heureux dans la Soucca malgré l'inconfort, vous adoucissez les décrets sévères d'errance et d'exil. Si vous saviez combien de souffrances et d'angoisse vous enlevez à chaque seconde dans la Soucca, vous ne quitteriez pas la Soucca pour aucune somme d'argent au monde !

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

La Torah expose ouvertement trois niveaux de relation avec D.ieu : la connaissance, l'amour et le lien passionné . Le Zohar explique que les 613 mitsvot constituent 613 manières d'acquérir le lien passionné avec le Très-Haut.