Redémarrage spirituel

Une fois que Souccot arrive, cela signifie que l'automne est arrivé. De légers nuages ​​arrivent, peut-être quelques

2 Temps de lecture

Tsipora Berrebi

Posté sur 30.09.20

De Rosh Chodesh Eloul à Yom Kippour, nous devenons tous indulgents sympathiques envers les gens qui nous entourent. Mais que se passe-t-il le lendemain? C’est là que nous devons redémarrer et recommencer.

À la veille de Yom Kippour, les réseaux sociaux regorgent de merveilleux messages d’inspiration, d’amour et de pardon. Cette journée spéciale n’a lieu qu’une fois par an et chacun saisit l’opportunité.

Mais que se passe-t-il le lendemain?

Nous sommes déprimés et tristes.

C’est là qu’il faut redémarrer, recommencer!

De Rosh Chodesh Eloul à Yom Kippour, nous devenons tous si doux, si sympathiques et si compréhensifs que nous sommes presque méconnaissables. A Yom Kippour, l’âme atteint une hauteur tellement incroyable que le manque de nourriture ne nous dérange pas du tout. Au contraire, ne pas manger nous renforce et nous aide à nous connecter avec nos désirs spirituels intenses.

Cette ascension spirituelle se poursuit jusqu’à l’arrivée de Souccot.

Une fois que Souccot arrive, cela signifie que l’automne est arrivé. De légers nuages ​​arrivent, peut-être quelques gouttes de pluie. Peut-être bien plus que quelques gouttes. Le cœur devient également trouble. Nous sommes entourés de pensées et de jugements.

À l’approche de Souccot, après avoir effectué un examen de conscience approfondi et complet sur Rosh Hashanah et Yom Kippour, après nous être préparés pour un nouveau départ, nous entrons dans une nouvelle zone. Alors que nous ajustons le tissu de la soucca et organisons les décorations, nous jugeons nos amis et connaissances et commençons soudainement à nous demander: “Attendez une minute, pourquoi exactement je leur ai pardonné?”

Non, nous n’avons aucune envie de leur pardonner ce qu’ils nous ont fait!

Nous n’avons aucune obligation de leur pardonner!

Et donc nous nous asseyons et méditons, expliquant les raisons pour lesquelles nous ne sommes obligés de pardonner à personne.

Elle a dit du mal de moi.

Elle m’a humilié.

Eh, il ne s’est même pas excusé …

Elle me déteste.

Elle sait combien j’ai souffert et elle s’en fiche…

Et donc nous nous asseyons et «régurgitons» toutes les justifications pour ne pas accorder le pardon à qui que ce soit.

Nous nous sentons justifiés, mais en même temps tristes et très frustrés.

Nous regardons autour de nous la soucca, prête à être assemblée. Et les décorations, prêtes à accrocher.

Et puis nous regardons dans le cœur.

Le cœur se remplit de nuages. Le ciel est si nuageux.

Heureusement que nous avons la soucca. Une soucca qui nous protège, nous cache, cache notre petitesse. Nous quittons notre matérialisme familier et entrons dans cette demeure temporaire, cette demeure faite de feuilles et d’ornements en papier. Il est temporaire, fragile et n’adhère presque pas au sol. Tout comme la vie.

Il est important que nous nous souvenions de l’essence de Yom Kippour lorsque nous perdons notre chemin. Puissions-nous nous souvenir de ce jour le plus saint de l’année, de ce jour d’amour, de ce jour de pardon; ce jour d’unité et de connexion avec tous les Juifs, partout. Ce jour-là, nous nous sommes purifiés de l’intérieur et nous avons décidé fermement de recommencer.

Nous devons nous souvenir de notre bouton de réinitialisation.

Dans les murs en tissu et les décorations en papier, dans la nature très temporaire de la vie dans ce monde, tout le reste devient petit et pas si important. Sur les murs de la soucca, où nous nous asseyons un moment avant de retourner à notre routine familiale, nous avons un beau tableau suspendu. Il y est écrit le verset suivant: “Vous vous réjouirez de vos fêtes et vous serez pleinement heureux”.

On appuie sur «redémarrer», on recharge les batteries. Nous respirons profondément et dans le cœur, le ciel s’éclaircit. Nos cœurs sont remplis de joie. C’était nuageux pendant un moment, mais c’est fini.

Bonne fêtes!

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

La Torah expose ouvertement trois niveaux de relation avec D.ieu : la connaissance, l'amour et le lien passionné . Le Zohar explique que les 613 mitsvot constituent 613 manières d'acquérir le lien passionné avec le Très-Haut.

Featured Products