Notre défilé de fierté

Je me lève à 7 heures du matin, fais le café et m'assois pour discuter avec ma femme sur le balcon. La brise fraîche du matin de la vallée de Jezreel effleure nos visages. Nous sirotons notre bonheur

3 Temps de lecture

M. David Ben Horin

Posté sur 07.07.21

 

 

 

Shabbat est un jour au paradis.

 

Je me lève à 7 heures du matin, fais le café et m'assois pour discuter avec ma femme sur le balcon. La brise fraîche du matin de la vallée de Jezreel effleure nos visages. Nous sirotons notre bonheur liquide dans un silence total. C'est l'été. Nous sommes en plein air. Aujourd'hui il fera 38 degrés mais maintenant il fait encore frais.

 

A 7h30 nos enfants se sont déjà levés. La plus coquine vient s'asseoir avec nous sur le balcon. Son charme pétillant brise le silence lorsqu'elle commence à parler de son sujet préféré : les chats. Et a déclaré son intention de boycotter le film Paw Patrol parce qu'il a l'air mauvais pour les chats.

 

À 8 heures du matin, maman sert aux enfants leur petit-déjeuner spécial Chabbat dans la cuisine. Je verse deux autres tasses de café et les emporte sur le balcon. Les oiseaux volent juste au-dessus. Les montagnes chantent au loin. Ma femme sourit en plaçant deux énormes tranches du délicieux gâteau russe, sur la table.

 

Le petit déjeuner est servi.

 

Les enfants entrent et sortent. Nous mangeons lentement, savourant chaque petite bouchée.

 

On parle de tout et de rien.

 

Sans smartphone. Pas d'ordinateurs. Pas d'écrans. Aucune distraction.

 

Le Chabbat est le plus grand cadeau que Dieu a fait à ses enfants.

 

Restons-nous ou partons-nous ?

 

Parfois, nous entrons dans un état de paix si profond et nous n'allons pas à la synagogue. Ce sont des occasions très rares, mais elles arrivent.

 

— N'y pense même pas, David, ordonna ma femme.

 

« Comment sais-tu à quoi je pensais ?

 

Elle ne s'est même pas justifiée.

 

"Am Israel a eu une mauvaise semaine. Nous avons hissé le drapeau des sodomites dans un ministère du gouvernement et le lendemain le Coronavirus est revenu en force. C'est comme la Paracha d'aujourd'hui. Nous nous sommes prostitués avec les prostituées de Moab et Hachem nous a envoyé une peste . Hier, nous avons eu un défilé de sodomites. Au moment exact où cette démonstration d'abomination a commencé, nous avons dû commencer à porter des masques. "

 

Je me suis assis droit sur le canapé. Le sang est revenu sur mon visage.

 

"Nous devons dire à D.ieu que nous l'aimons. Nous devons montrer à notre Père que nous ne commettons pas tous un tel mal. Il a besoin de voir ses enfants reconnaissants pour Chabbat, pour Eretz Israël, pour la Famille. Nous avons besoin d'un défilé à nous. Un défilé de loyauté. Un défilé de fierté pour qui nous sommes. Ce que nous représentons. Pourquoi nous sommes ici. Allons à la synagogue ! "

 

Notre défilé « Gay» consistait à marcher tous les cinq avec fierté pendant les 35 minutes qui nous séparaient de la synagogue sous une chaleur étouffante. C'était notre acte de loyauté envers notre Père. Notre demande à notre roi que nous voulons qu'Israël reste un État juif et non la version 2.0 de Sodome. Le bogue de ce programme existe toujours, donc l'application est toujours fatale.

 

Nous nous levons du canapé. Une demi-heure plus tard, nos filles étaient dans leurs plus belles robes, tout comme maman. Papa et Ari étaient en pantalon et chemises boutonnés. Nous avions notre sac de prière, des tzitzit, des kippas sur la tête, des sourires pour tout le monde.

 

C'était un défilé avec de nombreux adeptes. Sur le chemin de la synagogue, des voisins, à la fois laïcs et religieux, nous ont accueillis avec un Chabbat Chalom enthousiaste.

 

Ils font leur marche une fois par an dans une poignée de villes. On le fait toutes les semaines, dans toutes les rues.

 

Avec l'aide d'HaChem, nous gagnons.

 

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

Je ne suis jamais allée à une réunion de lycée, mais voir un ancien camarade de classe briller à la une d'un grand journal m'a fait me demander : "Alors et toi, qu'as- tu fait dans la vie ? "

Contenu sur le sujet