Tant de questions…

Celui qui a grandi dans des conditions difficiles voit ceux qui furent élevés dans des familles aisées et s'interroge : pourquoi ont-ils reçu chaleur et amour...

6 Temps de lecture

le Rav Shalom Arush

Posté sur 28.11.22

L’énigme de la vie
Ce monde pose de nombreuses questions :
Quel est le but de la vie dans un  monde rempli de souffrances ? Où va le monde et que cache l’avenir de l’humanité ? Qui a raison parmi toutes les idéologies et de quelles façons doit-on vivre ? Quelle est la voie du bonheur ? Comment devons-nous vraiment vivre et est-il possible de trouver une voie claire et juste ? La fin de toute chose est-elle bonne ou non ? Etc.
Pourquoi existe-t-il de telles différences entre les gens et leurs façons de vivre ? Pourquoi untel jouit-t-il d’une vie facile, tandis qu’un autre vit difficilement ? Pourquoi untel est sain de corps et d’esprit, tandis qu’un autre est né avec une malformation ?
Pourquoi, contrairement à son voisin, untel bénéficie-t-il d’un gagne-pain facile ? Pourquoi celui-ci qui faisait du bien toute sa vie et se gardait de faire “du mal à une mouche”, meurt prématurément, à la fleur de l’âge, alors que l’autre, un pervers chronique, jouit de la fortune, des honneurs et de la longévité ? Il existe encore de nombreuses différences, pourquoi ?
Pourquoi, moi ?
Ceux qui souffrent eux-mêmes sont les premiers à s’interroger:
Celui qui a du mal à trouver un gagne-pain demande : Pourquoi untel vit dans le confort et le luxe, alors qu’il me manque toujours le minimum vital ? De plus, les efforts que je dois fournir pour trouver ma subsistance me déstabilisent.
Celui dont l’enfant a un problème médical demande : pourquoi les autres ont-ils des enfants sains et forts, tandis que le destin m’a frappé et que le mien nécessite des soins journaliers et fatigants ?
Celui qui souffre d’une infirmité voit ceux qui vont et agissent librement et interroge : pourquoi sont-ils parfaits dans leurs corps alors que je dois supporter telle malformation ou infirmité humiliante ?
Celui qui a grandi dans des conditions difficiles voit ceux qui furent élevés dans des familles aisées et s’interroge : pourquoi ont-ils reçu chaleur et amour, pourquoi avaient-ils tout ce qu’ils voulaient alors que je suis né dans une famille défavorisée et que seules la douleur, la peine et la détresse ont rempli ma vie ?
Celui qui approche la quarantaine et demeure célibataire, s’interroge : pourquoi avec toutes mes qualités ne réussis-je pas à me marier ; untel qui manifestement est plein de défauts, s’est marié sans tarder, encore jeune, avec une jeune fille de bonne famille, pleine de toutes les vertus imaginables ?
Bref, les gens ne cessent de s’interroger et chacun peut ajouter à cette liste tous les problèmes qui le préoccupent.
“Chaque matin apporte son lot de questions” (Job, 7 : 18)
Les questions touchant les problèmes quotidiens ne manquent pas non plus :
Pourquoi ai-je vécu hier une journée magnifique, tout s’est organisé comme je l’avais prévu ; tandis qu’aujourd’hui, sans raison apparente, rien ne marche, et je ne ressens que peines et souffrances ?
Pourquoi la semaine dernière encore, j’avais un gagne-pain facile, et soudain la corne d’abondance est obstruée et je dois fournir de grands efforts pour nourrir ma famille ?
Pourquoi hier encore éprouvais-je du plaisir en compagnie des enfants, qui se conduisaient comme des anges, attentifs et charmants, et soudainement ce fut comme si le diable s’était emparé d’eux : ils font tout pour irriter leur père et leur mère ?
 
Des questions à l’infini…
Voici la réponse à toutes ces questions :
Il n’existe qu’une seule réponse à toutes ces questions : la foi. Grâce à la foi, la solution est simple et évidente : le monde possède un Créateur qui supervise personnellement chaque individu et fixe les conditions précises de sa vie : dans quelle famille il grandira, qui il épousera, quelle sera son allure, quelles seront ses dispositions, ses traits de caractère, combien d’enfants il engendrera, combien d’argent gagnera -t-il, quels seront ses amis, ses relations et d’autres infinis détails.
Tout est décidé par la Providence Divine dans les moindres détails de la vie, dans le quotidien et à chaque instant. Le Créateur décrète quand l’homme réussira, quand il échouera, quand il sera heureux, quand il sera humilié, qui il rencontrera et sur quoi il trébuchera, et d’autres détails à l’infini. Comme le déclare l’auteur de Sia’h Yts’hak dans son commentaire sur ce verset des Psaumes (105, 7) : “HaChem est notre D. Ses jugements s’étendent sur toute la terre”- tout ce qui arrive sur la terre, jour après jour, la réussite face à l’échec, la jouissance et le salut des uns face aux douleurs et à la détresse des autres, etc. tout fait partie des jugements d’HaChem qui juge Ses créatures chaque jour et à chaque heure, de façon générale et particulière.”
Sache que la Providence Divine agit toujours en vue du bien éternel de chacun, et guide l’homme vers la finalité suprême du bien éternel pour lequel il a été créé. HaChem béni soit-Il a vu qu’untel n’arrivera jamais à se corriger (tikoun) autrement que dans la réalité spécifique où il se trouve, à cause du grand nombre de ses défauts. Par contre, un autre touchera ce but dans une autre réalité, pleine de plaisirs et d’abondance, etc. Chaque détail de la vie de tout homme, sans exception, est soumis à la Providence Divine qui agit avec la plus grande précision, sans hasard, sans erreur, en fonction des besoins de l’individu pour parvenir à son but.
 
La volonté divine
Quelle est la Volonté du Créateur à ton égard ? Quel doit être concrètement ton but ? Le Créateur ne t’a créé que pour que tu Le connaisses ! Comme il est écrit dans le saint Zohar “Afin qu’on Le connaisse”. Toutes les conditions de ta vie sont nécessaires afin que tu puisses Le connaître et Le reconnaître. HaChem,  connaît chacun  parfaitement, sait que tu peux seulement Le connaître à l’aide des conditions spécifiques qu’Il t’octroie. Il n’y a aucune erreur ou hasard dans aucun détail de ta vie.
La connaissance de l’homme qui sait cela est “foi parfaite” et “satisfaction de son lot”. L’homme doit savoir qu’il ne sait rien, qu’il ne comprend rien et qu’il est simplement content de son sort : c’est la première étape du juste choix. Après avoir saisi ce premier principe, l’homme doit ensuite être attentif à tous les incidents et événements de sa vie et se demander comment il pourra connaître et reconnaître HaChem à travers eux.
Il predra conscience que chaque détail de sa vie est planifié par le Créateur béni soit-Il, le bien comme le “mal”, pour le conduire, de gré ou de force à ce but : c’est à dire de connaître HaChem. Souvent, lorsque l’homme ne prête pas attention aux allusions et messages qu’HaChem lui envoie, le Créateur l’amène alors dans des situations encore plus difficiles. Si cela ne suffit à lui faire prendre conscience de son but, HaChem le met dans des situations qui n’ont pas de solution naturelle, afin qu’il soit obligé, contre son gré, de s’appuyer sur la foi, comme nos Sages, nous l’enseignent : “On ne peut s’appuyer que sur notre Père céleste”.
 
Le début de la foi
Il est rapporté dans le saint  Zohar que la foi s’élabore par la pensée et la prise de conscience que ce monde n’est pas unique et qu’il existe un monde à venir, comme il est dit (Likouté Maaran, 54) : “La mémoire consiste à se rappeler toujours du monde futur, et que D. nous préserve d’imaginer qu’il n’existe qu’un seul monde”.  L’explication suivante, permet de comprendre pourquoi cette conviction est nécessaire à chaque personne douée d’une conscience.
Un homme sain d’esprit ne s’engagera pas dans une entreprise, à moins qu’elle ait un but et une utilité. Par exemple, si on dit à quelqu’un de lever le bras et de le baisser pendant des heures, sans aucun motif, cette personne refusera catégoriquement, même pour un salaire, parce qu’elle ressent que cet exercice n’a ni but ni utilité. Si cela est vrai pour l’homme, qui n’est qu’une créature, à plus forte raison pour le Créateur, qui n’agit jamais sans but.
Il est impensable que le Créateur ait pu créer le monde  – avec ses innombrables détails qui s’articulent avec une précision merveilleuse et resplendissent de beauté et d’un grand charme – sans raison ni but.
Il est inconcevable que le Créateur ait pu créer l’homme – une créature merveilleuse avec un puissant cerveau et de profondes forces spirituelles – sans qu’il n’existe un but à sa vie.
Chacun doit s’interroger : est-il possible que le but pour lequel il fut créé soit limité à ce monde, où tout est vanité, perdition et mort ? Est-il pensable que l’homme, sensible et spirituel, ne soit créé que pour vivre 70 ou 80 années d’endurance et d’efforts avant de mourir, et que sa vie se termine ainsi ? La profonde spiritualité de l’homme et sa conscience doivent-elles prendre fin au terme de sa vie ? Cela est impensable, car il existe nécessairement une continuation de la vie de l’âme, après la mort du corps, lorsque l’âme jouit du salaire éternel dans le monde futur, comme il est écrit (traité Avoda Zara) : “Aujourd’hui on accomplit les commandements, demain on reçoit leur salaire”.
Le salaire et la punition existent aussi dans ce monde, telle la réussite de l’homme qui réalise la volonté divine, ou au contraire les souffrances dues aux fautes commises, qui redressent l’homme dans sa voie, afin qu’il puisse reconnaître le juste chemin. Par conséquent, les souffrances éprouvées par l’homme doivent le conduire à vérifier ses actions et s’assurer qu’il ne s’est pas trompé de route. Elles ne sont ni punition ni vengeance, et si ce monde était le seul monde qui soit, les souffrances n’auraient aucun sens.
À suivre…

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

Ajouter un commentaire

prochain article

L’homme doué du libre-arbitre représente la finalité de la création du monde et on comprend donc qu’il bénéficie de la providence divine particulière

Featured Products