Jacob fait la conquête du bonheur

mbre, Jacob griffonne quelques mots dans la marge de son cahier de devoirs et « oublie » de l'effacer. Le lendemain, il remet le cahier de devoirs au professeur.

4 Temps de lecture

Zev Ballen

Posté sur 22.03.22

Jacob fait la conquête du bonheur

Jacob était un garçon très triste qui se comparait constamment aux autres enfants et se considérait incompétent d’une manière ou d’une autre. Dans son esprit, Jacob n’était ni assez intelligent, ni accepté, ni bon ,et ni  assez heureux pour mériter d’être apprécié par les autres. Tous ce qu’il possédait lui semblait défectueux et sans valeur. Il invalidai tout ce qui le touchait de près ou de loin..

Le père de Jacob avait en sa possession une arme à feu qu’il gardait dans le placard de sa chambre. Les enfants connaissaient l’arme et avaient joué avec plus d’une fois. Une fois, alors que Jacob était en 4e, sa sœur, Fernande, a tiré, tuant sa petite amie qui était venue lui rendre visite. Jacob ne pouvait cacher son embarras. Il voulait juste mourir, mais il ne le savait pas encore consciemment.

Un jour, alors qu’il n’y avait personne à la maison, Jacob “jouait” suspendu à la fenêtre de son appartement, situé au troisième étage. Soudain, Jacob entendit une voix l’appeler depuis la rue : « Jacob Friedman ! Qu’est-ce que tu fais? Entrez dans la maison à l’instant ! Jacob ressentit peur e honte mais aussi il se sentit aimé. Et il a écouté Mme Leonel, la gentille voisine d’à côté.

L’enseignante de 3e année de Jacob, Mlle Merner, détestait les enfants. Elle pretendit un jour que Jacob avait écrit quelque chose de méchant à son sujet sur le mur de la classe. C’était faux et Jacobclama son innocence, mais elle l’apersista dans son accusation  et lui faisait honte devant tous ses camarades de classe.

Cette nuit-là, seul dans sa chambre, Jacob griffonne quelques mots dans la marge de son cahier de devoirs et « oublie » de l’effacer. Le lendemain, il remet le cahier de devoirs au professeur.

Avant de rendre le cahier, Mme Merner a lu à haute voix les commentaires de Jacob pour que toute la classe l’entende : « Je déteste Mme Merner et je la détesterai toute ma vie. Je n’ai aucune raison de vivre. J’aimerais mourir.”

Jacob écouta en silence, abasourdi, tandis que la maîtresse informait à tue-tête sur ses pensées les plus profondes et les plus douloureuses, comme si elle annonçait que la semaine prochaine il y aura un examen. Il se souvenait à peine d’avoir écrit ces mots. Jacob sentit les yeux de tous ses compagnons sur lui. Ils éclatèrent tous d’un rire tonitruant. De nouveau Jacob voulut mourir.

Les parents de Jacob étaient creux, sans contenu. Son père était très violente et sa mère suicidaire. Lorsque le directeur de l’école a dit aux parents de Jacob qu’il devait consulter un psychothérapeute, ils n’ont fait que crier après lui et le blâmer pour ses problèmes.

Le Dr Oliver, le pédopsychiatre, semblait être très gentil. Il a laissé Jacob l’attacher avec une corde et a fait semblant de ne pas pouvoir s’échapper. Il avait aussi beaucoup de jouets et il laissait Jacob jouer avec ce qu’il voulait. Jacob aimait beaucoup aller chez ce psychiatre, qui fumait un gros cigare, et était tres heureux d’ échapper au cours de Miss Merner une heure par semaine. Mme Merner fut  finalement licenciée de son travail, mais pas avant d’avoir humilié Jacob plusieurs fois : « Pourquoi avez-vous tous ces privilèges ? Où vas-tu chaque semaine pendant les heures de cours ? Pourquoi ne veux-tu pas nous le dire, hein ? Encore une fois, tout le monde s’est moqué de Jacob.

Jacob a commencé à aimer le Dr Oliver et voulait être comme lui. Jacob a dit à son médecin que son père fumait aussi des cigares. Lorsque le Dr Oliver a appris de la mère de Jacob que ce n’était pas vrai, il a pensé qu’il serait thérapeutique de crier sur Jacob pour lui avoir menti. À partir de ce moment, Jacob ne se sentait plus en sécurité même avec le Dr Oliver.

Jacob a souffert de dépression pendant les vingt années suivantes. Pendant ce temps, il consulta plus de vingt thérapeutes. Au cours de la deuxième année d’études, les tendances suicidaires de Jacob s’intensifièrent et il avait déjà un plan viable pour se suicider. Jacob s’est rendu à l’infirmerie universitaire e rencontra une conseillère, Mme Resnik, qui remarqua à quel point il était déprimé et a donc pris soin de ne pas poser trop de questions. Au lieu de cela, Mme Resnik raconta à Jacob de nombreuses histoires qui le rendaient fier d’être juif. En peu de temps, Jacob sentit qu’il avait la force de recommencer. Mme Resnik le mit en contact  avec une famille juive qui vivait près du campus et Jacob commença à passer le Chabbat avec sa nouvelle famille « adoptive ». Pour la première fois de toute sa vie, Jacob a commencé à avoir de l’espoir et des rêves. Il sentit intuitivement qu’il pouvait faire confiance à ces personnes et particulièrement au père de famille.

Jacob décida de compléter ses études par un doctorat en Judaïsme. À ce moment il gardait tous les commandements puis il épousa Rachel et fut finalement nommé rabbin. Aujourd’hui, Jacob  et Rachel vivent heureux en Israël avec leurs sept enfants. Jacob ressent une énorme gratitude pour tout ce qui s’est passé dans sa vie, car cela lui a permis de devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Ce qui a mis fin à la dépression de toute une vie, c’est de se connecter avec des gens heureux et aimants qui servent  D.ieu avec la plus grande simplicité et vérité. Ce qui a permis et  élevé Jacob à ce qu’il est aujourd’hui, c’est la richesse de l’héritage juif. Aujourd’hui, son estime de soi vient du fait de savoir que vous vit de la bonne manière et qu’il  remplit le but pour lequel il a été créé.

Des années plus tard, Jacob a appris que Mme Merner, après être tombée dans une dépression psychotique, avait grimpé sur le toit de son immeuble et s’était jetée. Et le Dr Oliver a été arrêté parce qu’il était accusé de maltraitance d’enfants.

Les noms et les détails personnels de cette histoire ont été modifiés pour protéger l’identité des personnes impliquées.

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

Abasourdi par ce qu’il venait d’entendre, Igal laissa les larmes jaillir de ses yeux et ses lèvres ne cessèrent de répéter : « Merci HaChem, Tu es le plus grand consolateur du monde, merci, merci, merci

Contenu sur le sujet