Qamtsa et Bar Qamtsa

Peu de temps avant la destruction du Temple, une personne organisa un banquet et invita ses amis à venir y participer ; parmi ceux-ci, se trouvait une personne du nom de Qamtsa.

3 Temps de lecture

le rabbin Pinchas Winston

Posté sur 30.07.08

Il est écrit dans le Talmud :
“Appréciez à sa juste valeur la gravité du sentiment de gêne : le Tout-Puissant, béni soit-Il, est venu à l’aide de Bar Qamtsa, a détruit Sa maison et brûlé Sa cour.” (Gitin 57a).
L’histoire de Bar Qamtsa n’est pas une histoire habituelle. Peu de temps avant la destruction du deuxième Temple, un habitant de Jérusalem organisa un banquet et invita tous ses amis à venir y participer ; parmi ceux-ci, se trouvait une personne du nom de Qamtsa. L’organisateur du banquet connaissait également une autre personne avec laquelle il était en très mauvais termes ; celle-ci s’appelait… Bar Qamtsa. La Providence divine voulut que le porteur des invitations se trompe et invite Bar Qamtsa à la place de Qamtsa.
Pour Bar Qamtsa, cette invitation semblait être une offre de réconciliation, une façon de mettre fin à une querelle cruelle qui avait que trop durée. Cependant, en arrivant au banquet, l’organisateur aperçut Bar Qamtsa et s’avança vers lui pour l’expulser immédiatement de sa fête. En apercevant qu’une erreur avait été faite, Bar Qamtsa réalisa que la volonté de paix ne tenait pas une grande place dans le cœur de Qamtsa. Cependant, afin d’éviter une expulsion embarrassante, il proposa à celui-ci de payer pour son repas.
Pour Qamtsa, cette offre était inacceptable. Bar Qamtsa offra de payer la moitié du coût du banquet. “NON !” répondit l’hôte. “Et si je payais pour la totalité du banquet ?” proposa en dernier recours Bar Qamtsa. En réponse à cette offre, Qamtsa l’expulsa à grand fracas de la fête, aux yeux de tout le monde.
Humilié au plus haut point et rempli d’un sentiment de colère, Bar Qamtsa se précipita vers les autorités romaines et leur déclara que les juifs avaient décidé de se rebeller. Les romains menèrent une investigation et arrivèrent à la conclusion que les juifs ne s’étaient pas entièrement subordonnés à la volonté de Rome. Ceci marqua le début d’un processus qui se termina par la destruction de Jérusalem, du Temple et du Royaume juif.
Tout cela arriva parce qu’une seule personne fut humiliée ?
Pour quelle raison D-ieu a pu punir une nation entière à cause d’une seule personne ? De plus, pour une personne qui alla dénoncer les juifs aux romains ?
Le Talmud offre une allusion comme réponse. Lorsque Bar Qamtsa fut expulsé du banquet, et qu’il était grandement humilié, aucun invité ne se leva pour venir à sa défense. Même parmi les érudits qui étaient présents, aucun ne leva le petit doigt pour faire remarquer à leur hôte qu’il ne devait pas se comporter de la sorte. Ceci est d’autant plus étonnant lorsqu’on sait qu’il est écrit dans le Talmud qu’il est préférable de sauter dans un feu plutôt que d’humilier une tierce personne. De quelle façon toutes ces personnes avaient-elles pu devenir insensibles à ce point face à la détresse d’un autre juif ?
Dans tous les cas, ceci arriva et c’est la leçon que désire nous apprendre le Talmud : lorsque l’insensibilité atteint un niveau extrême, cela peut causer les pires catastrophes. Certes, l’incident de Bar Qamtsa aurait pu rester isolé (en araméen, “qamtsa” veut dire “petit” ; Bar Qamtsa veut dire “le fils d’une petit chose”). Cependant, cet incident révéla une insensibilité généralisée et l’absence de gêne à afficher un tel sentiment aux yeux de tout le monde. Lorsqu’une personne possède ce défaut, il est vraisemblable que dans le domaine spirituel elle soit également insensible aux autres. Partant, c’est l’esprit de la personne qui est infecté par un poison dangereux ; ce poison se répand rapidement dans tout le cerveau et c’est l’image même que cette personne possède de D-ieu qui est déformée.
C’est exactement ceci qui a mené à la destruction des Temples et à la destruction du peuple juif.
Tich’a be-Av est un jour qui doit nous réveiller et nous mettre face à la réalité. En d’autres termes, nous devons devenir de nouveau sensibles. Toutes les lois de deuil de ce jour et les nombreuses prières que nous prononçons possèdent le même objectif : celui de nous permettre de nous concentrer sur notre manque de sensibilité et de vouloir changer cette situation. Si nous réalisons cela et si nous essayons réellement de redevenir des êtres humains avec un cœur, nous commençons à construire le troisième Temple. Puisse cela arriver de nos jours et rapidement.
(Auteur et conférencier, le rabbin Pinchas Winston est le directeur de ThirtySix.org)

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

L'obligation de reconstruire le Temple n'est pas seulement l'œuvre des leaders de la génération. Nous sommes tous responsables de faire notre part...