Ne volez pas !

Voler démontre une arrogance évidente et il s’agit d’un crime. En volant, nous disons à Dieu que nous possédons un certain droit sur un bien qu’Il avait destiné à un autre

4 Temps de lecture

Alice Jonsson

Posté sur 23.10.09

Cette semaine, nous étudions la quatrième des sept lois universelles : 

4. Interdiction de voler
 
À l’image de l’interdiction de tuer, celle contre le vol établit une limite claire qui permet aux êtres humains – lorsqu’elle n’est pas franchie – de vivre en paix et de développer des relations de bon voisinage. Lorsque nous respectons le concept de propriété, cela nous permet de vaquer à nos occupations quotidiennes sans avoir à dépenser énormément de temps et d’argent à protéger nos biens.
 
D’autre part, si nous devons constamment protéger notre bien-être physique (contre les agressions), notre intégrité physique (abus sexuel) ou nos biens physiques (contre les vols), les sociétés ne peuvent plus fonctionner. Lorsque nous enseignons ces limites à nos enfants – de la même façon que notre Père nous les a enseignées – nous formons un monde rempli de personnes civilisées et qui ont le temps de se concentrer sur leurs occupations quotidiennes et à plus forte raison sur leurs activités plus élevées.
 
L’interdiction contre le vol découle du principe selon lequel c’est le Créateur qui décide annuellement les biens qui deviendront les nôtres… et ceux qui ne le deviendront pas. Il existe une grande joie à être humble et à accepter le jugement de D-ieu à notre égard. D’autre part, voler est une action qui démontre une arrogance évidente et il s’agit d’un crime de la première importance. En volant, nous disons à D-ieu que nous possédons un certain droit sur un bien qu’Il avait destiné à une autre personne.
 
Plutôt, nous devrions remercier D-ieu pour ce que nous possédons et travailler avec logique pour gagner – d’une façon honnête – ce que nous pouvons. Également, il est important de demander constamment au Créateur ce dont nous avons besoin, même s’il s’agit de la plus petite chose au monde. Définir avec précision ce qu’est le vol peut nous aider à éviter de voler, sans le savoir ; cela est possible car il est très facile de voler si on ‘y prend pas garde.
 
– Voler, c’est voler. Peu importe si personne ne vous a vu ou si vous découvrez après coup que vous avez volé. Évidemment, nous savons tous que le Créateur sait et voit tout ce qui se passe dans le monde. De la sorte, nous ne sommes jamais seuls et nous avons entièrement tort de croire que nous le sommes. Ce seul fait devrait nous dissuader de penser au vol.
 
De plus, cela renforce notre obligation d’enseigner à nos enfants que nous ne sommes jamais seuls sur terre. Voici ce que nous ne devons jamais oublier : Hachem est toujours avec nos enfants et avec nous ; Il nous garde comme Il les garde et Il nous aime comme Il les aime.
 
– Voler peut évidemment concerner l’argent, mais aussi les objets et même les personnes.
 
– Lorsque nous demandons à une personne de payer plus cher que le prix normal pour un service ou pour un bien, nous la volons. Demander un taux d’intérêt anormalement élevé est également voler. En ce qui concerne l’intérêt approprié, il n’est pas toujours facile de savoir lequel est le bon ; ainsi, il est judicieux de demander l’avis d’un rabbin à ce sujet.  
 
– Modifier les limites de terrain de sa propriété est du vol. Il est important de penser à cela lorsqu’on construit des murs de clôtures ou des barrières entre voisins. Nous devons faire extrêmement attention afin de déterminer les limites exactes de notre propriété. À l’occasion, les mésententes entre voisins – à propos de ce sujet – peuvent prendre une tournure très désagréable.
 
Dans certains cas, des démarches administratives longues et coûteuses peuvent s’avérer indispensables et les relations entre personnes s’en trouvent souvent affectées. Dans tous les cas, il faut éviter de se fâcher et il est toujours préférable de faire le maximum d’efforts afin de conserver de bons rapports de voisinage.
 
– Il est important de peser et mesurer avec précision et honnêteté. Idéalement, il est même préférable de ne pas être le propriétaire de l’instrument de mesure qui permet de peser, ceci pour éviter les confusions possibles.
 
– Porter atteinte – d’une façon physique – à une tierce personne est considéré comme du vol. La personne qui est la cause d’une blessure psychologique chez une autre est également responsable.
 
– Convoiter et-ou désirer un bien spécifique qui appartient à une autre personne est interdit.
 
– Robin des bois n’aurait certainement pas été un héros parmi les personnages de la Tora. Il n’est pas acceptable de voler une personne riche, même si notre intention est de donner l’argent aux pauvres. Également, il est strictement interdit de voler une compagnie ou un gouvernement – par exemple en faisant une fausse déclaration de vol ou d’impôt – en pensant que la compagnie ou le gouvernement est tellement riche qu’en fin de compte notre action ne les pénalisera pas vraiment.
 
– Garder un objet emprunté est voler.
 
– Ne pas payer un employé à la date qui était prévue est considéré comme du vol.
 
– Nous sommes obligés de rembourser les prêts que nous avons contractés, si nous avons les moyens de payer. Si nous sommes dans une situation difficile qui rend impossible le remboursement, nous devons absolument parvenir à une entente avec la personne ou l’organisme auquel nous devons de l’argent. Dans tous les cas, il est préférable de consulter un rabbin pour connaître la meilleure attitude à adopter.
 
Selon le Rav Lazer Brody, il est toujours préférable d’investir le maximum d’efforts dans des choses que personne ne peut nous prendre. En fin de compte, la seule chose qu’aucun individu ne peut nous subtiliser est notre relation avec le Créateur. Il est important de réaliser que le matérialisme ne mène nulle part.
 
Plutôt, nous devons nous concentrer sur ce que nous désirons d’Hachem et sur la qualité de notre rapport avec Lui. Cette attitude nous permettra de prendre du recul par rapport au plaisir que fournissent le plus souvent les biens matériels. C’est aussi en se comportant de la sorte que nous nous éloignons de la tentation de voler dans le but de posséder plus. Lorsque nous sentons une satisfaction venir du Ciel – ainsi qu’un amour débordant de notre Père dans le Ciel – nous en cherchons moins dans le monde matériel.
  
(Les références les plus importantes pour rédiger cet article sont extraites des livres “Seven Colors of the Rainbow”, par le rabbin Yirmeyahu Bindman et “The Path of the Righteous Gentile”, par Chaim Clorfene et Yakov Rogalsky et “The Seven Laws of Noach” par Aaron Lichtenstein. Ces livres sont des sources irremplaçables pour toutes les personnes qui désirent s’informer plus amplement à propos des sept lois des enfants de Noé.)
 
Avec l’aide de D-ieu, nous étudierons la semaine prochaine le cinquième des sept commandements : les types de relations sexuelles interdits.

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

le rôle de personne non juive et notre volonté de vivre en conséquence, selon le désir de D-ieu. Vous n'avez nullement besoin de changer d'une façon drastique votre façon de vivre.

Contenu sur le sujet

Featured Products