Les tribunaux de justice

Lorsque nous établissons des tribunaux de justice afin de faire respecter les lois qui découlent de la Loi divine, nous donnons un aspect concret...

3 Temps de lecture

Alice Jonsson

Posté sur 06.11.09

Cette semaine, nous étudions la sixième des sept lois universelles : 

6. Instituer des tribunaux de justice
 
Lorsque nous établissons des tribunaux de justice afin de faire respecter les lois qui découlent de la Loi divine, nous donnons un aspect concret à la structure spirituelle de l'univers. Ceci nous aide à intérioriser les concepts quelquefois abstraits que le Créateur désire que nous suivions. Également, il est important de réaliser que c'est D-ieu – en Sa qualité de Juge suprême – qui nous tient redevables du respect que nous accordons à Ses lois.
 
Il ne suffit pas de savoir que nous aurons des comptes à rendre dans le Monde futur, ou même dans ce monde devant le Créateur. De fait, nous devons donner un aspect concret dans ce monde à ce que nous apprenons dans les livres.
 
 
 
Ce qui suit est une liste partielle des principes de base qui concerne ce commandement :
 
– Chaque personne doit être reconnue apte mentalement avant d'être tenue responsable de ses actes devant un tribunal.
 
– En notre qualité d'êtres humains, nous sommes tenus responsables de connaître les Sept Lois universelles. L'ignorance n'est pas une excuse.
 
– Le meurtre est considéré comme un acte extrême et suffisamment grave pour que nous n'ayons pas pitié d'un meurtrier. Si une personne est reconnue coupable de meurtre, elle mérite la sévérité de son jugement.
 
– Être pauvre n'est pas une excuse pour transgresser la loi. Chaque personne – riche ou pauvre – est soumise de la même façon à la loi.
 
– Un juge doit donner le bénéfice du doute, même à une personne qui est manifestement méchante. Cela est possible si le juge estime que cette personne lui a dit la vérité et qu'elle peut faire amende honorable.
 
– La responsabilité pour un juge d'être juste et impartial est primordiale. Les juges qui ne prennent pas leurs responsabilités au sérieux – ou qui utilisent les tribunaux pour leur propre intérêt – doivent être accusés de jugements injustes.
 
– Les disputes dans lesquelles le montant d'argent en jeu est minime sont aussi importantes que celles où les sommes sont importantes.
 
– Il est interdit d'essayer de soudoyer un juge et un juge n'a pas le droit d'accepter un pot-de-vin.
 
– Les conciliations et les arbitrages sont fortement conseillés : ils permettent d'arriver à un compromis sans devoir se présenter devant un tribunal.
 
– Prendre la loi entre ses mains est interdit.
 
Si nous vivons dans un pays comme la France, le commandement d'instaurer des tribunaux est respecté, au sens général du terme. D'une façon plus précise, il incombe à tous les Bnei Noa'h de se comporter d'une façon juste et honnête ; également, il est important d'aspirer au comportement juste et équitable pour les autres personnes.
 
Dans tous les cas, nous devons nous sentir concernés par la tâche d'apporter une notion de justice et d'équité dans la vie de nos semblables. Nous devons prêter attention au système judiciaire du pays où nous vivons afin de nous assurer qu'il fonctionne correctement. Dans le cas contraire, nous devons prendre toutes les mesures possibles afin d'apporter les changements qui s'imposent.
 
Ce que nous venons d'expliquer est seulement la pointe d'un iceberg. Ce sujet est profond et ses ramifications importantes. Dans la mesure où nous avons appris que l'ignorance n'est pas une excuse, il est de notre devoir d'approfondir nos connaissances sur ce sujet autant que possible. Le livre  The Seven Colors of the Rainbow, by Rabbi Yirmeyahu Bindman, contains an excellent and informative chapter on this topic that goes far beyond this brief article. Other excellent sources are The Path of the Righteous Gentile by Chaim Clorfene and Yakov Rogalsky; and The Seven Laws of Noach by Aaron Lichtenstein.
 
Avec l’aide de D-ieu, nous étudierons la semaine prochaine le septième des sept commandements : l’interdiction de manger un membre d'un animal vivant.

prochain article

Une personne coupable d’un meurtre ne doit pas vivre. Cela ne signifie par forcément que la peine de mort qui est appliquée dans certains pays

Contenu sur le sujet