Une croisière -un camp

Seul Hachem peut créer ces circonstances si dramatiques, si accablantes et si insondables. Si accepter l'inexplicable de l'Holocauste n'est pas Emuna, alors je n'ai aucune idée de ce que c'est  

2 Temps de lecture

Yehudit H'anan

Posté sur 25.04.22

Ce sont les salles de bains qui m’ont le plus touché. Même si je n’avais pas encore vu les chambres à gaz. Nous commencions tout juste notre tour de Mathausen et j’étais déjà abasourdi malgré ma préparation mental. Tout le monde sur la croisière s’était préparé avant que ce jour n’arrive enfin.

La salle de bain n’était qu’une pièce en bois qui ressemblait à une cabane que l’on pourrait voir dans les Catskills. Il y avait des trous dans le sol, à quelques mètres de distance et c’étaient les toilettes. Il n’y avait aucune cloison d’aucune sorte entre les trous, chacun devait y aller en présence de tout le monde, et être rapide, quelle que soit sa condition physique. Seul un court laps de temps était accordé à des centaines de prisonniers pour utiliser les «installations».

Dans la pièce voisine se trouvaient de grandes bassines en ciment pour se laver le matin. Les gens devaient se battre pour obtenir quelques gouttes d’eau glacée pour se nettoyer. Il y avait une lettre sur le mur entourée de verre. Il avait été écrit par une jeune femme et elle écrivit qu’au bout d’un moment elle avait renoncé à se battre pour une place aux robinets. J’ai cessé de m’en soucier, écrit-elle. C’était trop difficile d’aller à l’eau et au bout d’un moment je ne savais même plus pourquoi je voulais me laver. Pourquoi avais-je besoin d’être propre ? »

J’ai eu le mérite de visiter le camp de concentration de Mathausen avec le Centre Simon Wiesenthal et une plaque y fût placée ce matin-là à la mémoire de Simon Wiesenthal, le célèbre chasseur nazi, qui avait survécu à son séjour dans cet endroit diabolique, où le sadisme chez un gardien était considéré comme un atout. Si le gardien était particulièrement cruel, il gagnait une visite dans la maison de prostitution du camp, composé de détenues qui recevaient un peu plus de nourriture et n’avaient pas la tête rasée.

Ce sont les contrastes qui m’ont frappé. Après quelques heures à Mathausen, notre groupe est monté dans le bus et est retourné au bateau de croisière. Dans notre bus qui était chaud, propre et spacieux, nous avons descendu la même colline escarpée que des milliers de Juifs avaient escaladée, transportant de jeunes enfants et quelques maigres cortèges, à la vue des villageois bouche bée, qui savaient exactement où ils allaient. Il n’a pas fallu longtemps aux habitants pour s’habituer à la vue des gens affamés se dirigeant vers la mort et l’odeur de leurs cadavres en feu est devenue une partie de l’atmosphère.

La zone entourant les murs épais de Mathausen est tout simplement magnifique.

Nous sommes revenus au navire qui se trouve sur le Danube, le plus beau des fleuves, qui avait servi d’arme meurtrière à des milliers de Juifs innocents, qui avaient été attachés ensemble et poussés à l’intérieur.

Alors que nous franchissions les portes, nous avons été chaleureusement accueillis par le personnel et dirigés vers le salon luxueux où il y avait du café et des biscuits pour nous retenir jusqu’au dîner. Le bar était ouvert et je me suis dirigé vers un verre. Alors que j’étais assis là à siroter ma Pina Colada, je me suis dit : « Les Juifs sont les seuls au monde à payer des milliers de dollars pour aller dans des endroits qui les font pleurer.

Comment se fait-il que nous soyons assis sur ce bateau fluvial, libres, riches et traités comme des rois alors qu’il y a soixante-dix ans nous avons été rassemblés comme des animaux enragés, méprisés de tous et torturés à mort ?

Seul Hachem peut créer ces circonstances si dramatiques, si accablantes et si insondables.

Si accepter l’inexplicable de l’Holocauste n’est pas Emuna, alors je n’ai aucune idée de ce que c’est.

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

Gideon Lichtman a enseigné sous le nom de "Rimon" car le président israélien Ezer Weizman l’a averti qu’il pourrait être la cible des arabes…