Ne manquez pas le train !

Parfois dans l'histoire, il y a un moment où le ciel s'ouvre et Hachem accorde des demandes spéciales ; la fête de Chavouot est l'un de ces moments opportuns…

4 Temps de lecture

Posté sur 30.05.22

Parfois dans l’histoire, il y a un moment où le ciel s’ouvre et Hachem accorde des demandes spéciales ; la fête de Chavouot est l’un de ces moments opportuns…

Tout voyageur aguerri sait qu’il vaut mieux être à la gare une heure en avance que trente secondes en retard. Si une personne a raté l’avant-dernier train, elle ne veut certainement pas rater le dernier train.
 
Spirituellement – ​​comme nous le verrons bientôt – le dernier train pourrait bien sortir de la gare. Nous voulons tous être à bord.
  
Le sixième jour de Sivan, HaChem s’est révélé sur le mont Sinaï à tout le peuple juif. Nos ancêtres ont attiré une mesure insondable de compassion divine quand ils ont devancé” na’aseh v’nishma – “nous nous ferons et nous comprendrons.” En d’autres termes, ils ont accepté l’engagement d’observer tout ce que HaChem leur commanderait avant même de savoir ce qu’Il demanderait. Tant  leur confiance en HaChem était grande.
 
Ce n’est pas le cas des nations du monde. Le Midrash enseigne que HaChem leur a également offert la Torah, mais ils voulaient savoir à l’avance quels étaient les commandements. Quand ils l’ont appris, ils ont tous refusé. Une nation refusa de s’abstenir d’adultère, une autre ne pouvait pas vivre sans voler, une troisième ne pouvait pas vivre une vie sans assassiner les autres. Aucun d’eux ne voulait la Torah.
 
Il n’est donc pas étonnant que le peuple juif soit l’élu d’HaChem ; eux seuls voulaient la Torah, sans aucune condition.
 
* * *
 
Après une préparation minutieuse, nos ancêtres se sont préparés à recevoir la Torah. Moïse est monté sur le mont Sinaï pour recevoir les tables de la loi contenants les dix commandements.
 
Depuis lors, il n’y a pas encore eu de spectacle son et lumière qui se soit rapproché de ce qui s’est passé cette nuit-là sur le mont Sinaï. Le ciel s’est ouvert. Tous les voiles qui cachaient les mondes supérieurs furent enlevés. Des chofars ont sonné, le tonnerre a grondé et des éclairs ont éclairé dans tout le firmament. Soudain, la voix d’HaChem résonna dans 72 directions différentes – tout le monde pouvait sentir chaque organe interne trembler de peur et de crainte indescriptibles. Deux millions de Juifs ont entendu HaChem déclarer le Premier Commandement – le commandement de l’Emouna – “Je suis  HaChem ton Dieu…”
 
Le Midrach nous dit qu’à ce moment-là, les âmes ne pouvaient pas rester dans leur corps. HaChem a dû envoyer des bataillons d’ambulanciers angéliques pour forcer l’âme de chaque Juif à revenir dans son corps.
 
Puis HaChem énonça le Deuxième Commandement – le commandement qui interdit l’idolâtrie – “Tu n’auras pas d’autre dieu…”
 
Une fois de plus, les anges dûrent forcer les âmes des Juifs tremblants et émerveillés à retourner dans leurs corps.
 
Les Juifs ne pouvaient plus supporter d’entendre la voix sans ambages d’HaChem. Ils supplièrent Moïse : “S’il vous plaît, nous ne pouvons pas supporter cela ! Toi Moïse, monte sur la montagne et reçois le reste des commandements d’HaChem ; puis reviens et enseigne-les-nous !”
 
HaChem était ravi de la réaction du peuple. Il a dit à Moïse (Deutéronome 5:26) : ” Halvai  si seulement ils ressentaient Ma crainte dans leurs cœurs afin qu’ils ne pèchent jamais, pour leur bien et le bien de leurs enfants jusqu’à la fin des temps ! “
 
La Guemara dans le premier chapitre du traité Avoda Zara discute du “bien” ci-dessus auquel HaChem faisait référence. Une opinion prétend qu’ils ne mourraient jamais, mais la Gemara le réfute cela. Nos sages arrivent à la conclusion unanime que HaChem nous donnerait un répit complet de nos ennemis. Lorsque la nation dans son ensemble apprend la Torah et observe les commandements d’HaChem comme au temps du roi Ézéchias, HaChem s’occupe personnellement de nos ennemis afin que nous puissions continuer à le servir – de notre plein gré – sans entrave.
 
Alors pourquoi n’avons-nous pas le yirat Chamayim , la véritable crainte d’Hachem ? Pour l’une des deux raisons suivantes :
 
premièrement, il y a ceux qui ne sont tout simplement pas intéressés ; ils préfèrent une vie de fantaisie, de bons moments et de complaisance corporelle.
 
Deuxièmement, il y a ceux qui sont intéressés mais qui ne le demandent pas à HaChem. Au fond d’eux-mêmes, ils ont le sentiment que si HaChem leur donne le yirat Chamayim , véritable admiration, ils ne seront pas récompensés pour cela.
 
La Gemara nous dit que Moïse a réprimandé le peuple juif le jour de sa mort pour ne pas avoir saisi l’occasion sur le mont Sinaï de demander à HaChem de remplir leur cœur  de crainte divine. Moïse les appelle des « ingrats » pour ne pas avoir apprécié l’offre implicite d’HaChem, car quand HaChem dit : « Si seulement ils Me craignaient dans leur cœur », Il attendait que le peuple juif réponde : « Oui, HaChem – plaît, donne-nous Cette crainte ! Au lieu de cela, ils sont allés dans la direction opposée et ont fabriqué le veau d’or…
 
N’en avons-nous pas assez du veau d’or ?
 
Oh non, notre arrogance nous gêne : nous ne voulons pas supplier HaChem pour avoir la  véritable crainte, parce que nous pensons que HaChem ne nous en donnera pas le crédit…
 
Le Chazon Ih clarifie la Guemara ci-dessus et arrive à une étonnante conclusion qui ressemble exactement à quelque chose que Rabbi Nachman ou Rabbi Natan enseignerait (voir Chazon Ish, Orach Chayim, “Hachmatot”, chapitre 156 à la fin): si HaChem répond à la demande d’une personne à la suite de la prière continue et abondante, alors l’accomplissement est crédité à la personne, car il l’a réalisé par ses propres efforts.
 
Nous apprenons par conséquent du Chazon Ich que la prière est la hishtadlut l’effort personnel comme l’effort, de celui qui travaille dans une usine ou tout autre effort physique.
 
Une fois Machia’h venu, dans un futur proche, Amen, la valeur de la techouva et de la yirat Shamayim chuteront sur le marché spirituel. C’est le moment de demander les deux,et non pas quand la vérité deviendra évidente car, Hachem se révélera à nous tous. Et, selon nos sages, une fois que nous deviendrons une nation de gens craignant D.ieu, nos ennemis et leurs armes s’évaporeront comme la rosée sous le soleil des matins d’été.
 
Profitons de cette fête de Chavouot où le ciel s’ouvre à nouveau au-dessus de nos têtes pour demander à HaChem une vraie Emouna et des cœurs remplis de crainte. C’est peut-être le dernier train qui sort de la gare avant le Machia’h, puisse-t-il venir bientôt, amen !

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

L'amour de D-ieu n'est pas un sentiment sophistiqué. Plutôt, il s'agit d'un sentiment brut, puissant et extrêmement personnel...