Les trois dettes

Et ce n'est pas seulement qu'Hachem ne nous doit rien, mais que nous lui devons une infinité de choses. Et la dette que nous lui devons est triple, comme nous allons l'expliquer

1 Temps de lecture

Posté sur 08.06.22

Quelle est la clé du salut ? Très simple : il s’agit de comprendre qu’Hachem ne nous doit rien.

Et ce n’est pas seulement qu’Hachem ne nous doit rien, mais que nous lui devons une infinité de choses. Et la dette que nous lui devons est triple, comme nous allons l’expliquer.

Tout d’abord, nous avons une énorme dette de gratitude envers Hachem et nous devons le remercier pour toutes les gentillesses qu’il nous fait.

Deuxièmement, nous lui sommes redevables pour toutes les fois où nous l’avons affligé en agissant contre sa volonté, c’est-à-dire toutes les fois où nous avons transgressé.

Et même pour les mitsvot (commandements) que nous accomplissons et les mérites que nous avons, et pour lesquels nous espérons recevoir une récompense, nous en sommes également redevables au Créateur, puisque c’est Lui qui nous a conféré le mérite de les faire et nous a donné les outils et les moyens de les réaliser et nous a aidés à les faire passer du pouvoir à l’action. Et c’est la plus grande dette que nous lui devons, comme nous l’expliquerons ci-dessous.

Par conséquent, nous voyons que nous avons une dette infinie envers le Créateur. Étant ainsi, comment est-il possible que nous continuions à attendre des choses de Lui ? Quelles choses nous doit-il ? Absolument rien!

Si l’être humain contemplait cette simple réalité, et toute sa vie se sentait reconnaissant envers le Créateur, et se sentait honteux devant Lui, alors il ne serait jamais triste, et il ne se plaindrait jamais ou ne perdrait pas patience. Car la tristesse naît du fait de sentir qu’Hachem vous doit quelque chose ou du sentiment de « jumeau », c’est-à-dire du sentiment que vous « avez droit » à quelque chose. En fait, les deux choses sont les deux faces d’une même médaille.

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

La joie de vivre, la plus simple et la plus naturelle, est celle des enfants. Les plus jeunes, généralement parce qu'ils ne sont pas affectés par la contamination spirituelle du monde extérieur