Pourquoi tant de fatigue ?

Pratiquement chaque personne avec qui je discute et à qui je demande comment elle se sent me répond qu’elle est fatiguée. A l’ère où tout est si accessible...

4 Temps de lecture

Sharon Rotter

Posté sur 14.03.2014

Pratiquement chaque personne avec qui je discute et à qui je demande comment elle se sent me répond qu’elle est fatiguée. A l’ère où tout est tellement accessible, comment se peut-il que tout le monde soit fatigué ? Sharon Rotter nous donne une réponse surprenante.

Ces derniers temps, je me sens très, vraiment très fatiguée. C’est évidemment excusable pour la femme qui vient juste d’accoucher que je suis, sauf que ce n’est pas vraiment lié puisque – touchons du bois, cinq cinq cinq, bli ayn ara– le petit bonhomme ne se réveille que deux fois par nuit et se rendort tout de suite après avoir bu. D’accord, mon sommeil est interrompu, mais j’y suis déjà habituée. Bien sûr, j’ai encore des tonnes d’excuses pour justifier ma fatigue, à commencer par le fait que je me couche tard le soir pour me lever très tôt le matin et passer ma journée à courir. Mais honnêtement, il faut dire ce qui est : ce n’est pas la vraie raison de ma fatigue.

Pratiquement tous les jours, j’ai mon amie au téléphone. Quand je lui demande « Comment ça va ? » elle répond « Fatiguée. » Au fond de moi, je n’attends qu’une chose, c’est trouver enfin la réponse à cette question qui me travaille tant : « Qu’est ce qui te fatigue tellement ? Ton fils est grand, tu as sa garde conjointement avec son père, tu peux dormir des nuits entières, et un week-end sur deux, tu es complètement libre. Qu’est-ce qui te fatigue exactement ? » Mais comme je l’ai dit, ce n’est qu’au fond de moi… Au lieu de dire ça, j’essaie de compatir et de la comprendre.

Quand je parle avec ma mère aussi, la plupart du temps, elle est fatiguée, et je mets ça sur le compte de l’âge et de son emploi du temps chargé.

Et franchement, presque chaque personne avec qui je discute et à qui je demande comment elle se sent me répond par la fatigue, peu importe son âge ou son sexe.

Pourquoi sommes-nous donc tellement fatigués ? Qu’elle est la cause de cette fatigue ? Comment se peut-il qu’à une époque où tout est tellement simple et accessible – où l’on croule sous les technologies et les machines qui font presque tout à notre place, qui nous remplacent et réduisent les procédures de travail, alors que tout existe en version « usage unique » à prix dérisoire- malgré tout, on se sent toujours fatigués et vidés ? Après tout, la plupart d’entre nous ne sont pas ouvriers et nos heures de travail sont relativement limitées, pourtant, à peine quelques heures après notre réveil, nous ressentons déjà cette fatigue avant même d’avoir entamé la journée…

La réponse ne réside pas dans la simple fatigue physique. C’est bien connu que les grands sages ne dorment, au mieux, que deux heures par nuit, ce qui est une merveille en soit : ils ne sont jamais fatigués mais sont pourtant très actifs ! Notre corps, quand il est en bonne santé, dispose de grandes forces pour exécuter toutes ses tâches du quotidien, alors pourquoi se sent-il tellement mal et fatigué ?

La réponse se trouve bien entendu de l’autre côté du corps, de celui qui le complète et le fait exister : le côté spirituel.

Quand nous disons, dans nos bénédictions du matin : « qui donne des forces à celui qui est fatigué », nous demandons au Créateur qu’Il nous donne les forces mentales nécessaires pour traverser la journée qui nous attend. Cette grosse fatigue qui caractérise notre génération provient d’un épuisement mental. Nous sommes tous submergés d’informations extérieures infinies, qui nous embrouillent les sens. Que ce soit le téléphone, Internet, ou tout autre moyen de communication ; ou bien notre gestion économique par cartes de crédit, les prêts et les dettes, le surplus de matériel dont on dispose, le shopping, le choix qu’on nous offre partout où l’on va, et de façon générale : la multitude d’options qui nous entoure en permanence. Nous sommes tellement confus que nous travaillons en mode turbo sans réussir à mener à bien ne serait-ce qu’une tâche avec succès et concentration.

Si l’on essayait de nous diagnostiquer, on trouverait chez presque tout le monde différents degrés d’hyperactivité et de problèmes de concentration. Car franchement, comment peut-on se concentrer ou être attentif à quelque chose dans ce monde au rythme insensé ?

Tout ce fouillis pèse sur notre esprit qui s’affaiblit et entraine avec lui, dans la foulée, notre corps. Nous nous levons le matin fatigués, parce que déjà la veille, nous nous étions levés submergés, et la journée ne fait que commencer…

On peut remarquer la différence entre la fatigue d’un jour de semaine et la fatigue du Chabat. A la sortie de Chabat et le dimanche également, notre esprit est un peu plus posé et on a plus de forces pour la semaine qui démarre. Ce n’est pas seulement parce qu’on a pu faire une petite sieste, puisque quand les Chabat sont courts, ce n’est pas toujours le cas, mais cela s’explique par le fait qu’on se repose du stress quotidien. La bulle que crée le Chabat nous permet de nous déconnecter de ce stress et de libérer un peu d’espace où stocker nos forces mentales pour la nouvelle semaine.

Une autre chose capable d’éliminer la fatigue : la joie. Lorsque nous sommes joyeux, nous sommes capables de déplacer des montagnes ! L’adrénaline circule dans notre corps et tout est clair et transparent. Le rire et la joie ont le pouvoir de revigorer le corps, de le décharger de ses poids et même de réduire la douleur. Si l’on remerciait le Créateur à chaque seconde, en comprenant vraiment que tout est pour le bien, que tout vient de la Providence Divine, on réussirait à être dans la joie en permanence et l’on ne se sentirait jamais fatigué.

Le mois d’Adar est propice à la joie, c’est un mois où la joie est disponibleet où tout ce qu’on a à faire est de tendre un peu le bras pour la saisir. Cela demande très peu d’effort, mais en retour, on reçoit énormément. On a donc tout intérêt à profiter du peu de temps qui nous reste pour revigorer notre corps et notre esprit grâceà la joie, afin qu’ils tiennent le coup au moins jusqu'à Pessah’. Après, on aura la sortie d’Egypte pour recevoir, avec l’aide de D.ieu, de nouvelles forces.

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

1. joomi

2/09/2018

yl Ikjljo0oui klokobkokk

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

Si vous vous demandez qu’est-ce qui vous gâche la vie et que vous n’avez toujours pas trouvé la réponse, le Rav Chalom Arouch vous la donne…