Apprendre de l’âne – Balak

Parachat Balak : Si une créature aussi terne peut exposer la vérité, malgré les coups et le dénigrement, alors imaginez quelle est notre capacité...

3 Temps de lecture

le rabbin Lazer Brody

Posté sur 16.07.2016

« Et Hachem ouvrit la bouche de l'âne… » (Nombres 22:28).
Ne vous rabaissez jamais vous-même, plus jamais !
Ne réalisez-vous pas que vous avez une âme qui est une petite étincelle de la Divinité ? Avez-vous déjà pensé à cela ? Cela signifie que votre potentiel est illimité. Et, étant donné qu’Hachem ne fait rien sans but, avez-vous compris les ramifications profondes que représente le fait qu’Il vous ait créé ? Cela signifie que le monde ne peut exister ni fonctionner sans vous ! Sinon, Hachem n’aurait pas eu besoin de vous et ne vous aurait pas créé. Ne croyez pas que je suis juste en train d’essayer de vous faire vous sentir bien ; c’est juste une simple conclusion basée sur les trois grands principes de la emouna que mon maître bien-aimé, le Rav Shalom Arush Shlita, répète partout où il va :
 

1. Tout vient de Hachem ;
2. Tout ce que fait Hachem pour le bien ultime ;
3. Tout ce que fait Hachem a un but explicite.

Je sais que, malgré mes paroles, vous doutez encore de vous-même. « Lazer essaye juste de me faire me sentir bien. » Cher ami, pourquoi douter que vous êtes un individu avec une mission unique sur terre et béni des talents nécessaires pour accomplir cette mission ? Il existe des preuves solides, dans la Torah.

Dans le Perek Shira, l'âne dit, A Toi, Hachem, la grandeur et la puissance et le triomphe et la gloire, puisque tout dans le ciel et la terre est le Tien ; à Toi, Hachem, la monarchie et la souveraineté sur tous les dirigeants ». Les gens demandent, comment est-il possible que l'âne mérite de dire une telle louange à Hachem ? C’est le passage que nous disons tous quand nous escortons la Torah de l'arche à la téba, le Chabat matin, mais ce sont les mots sous-entendus dans le hennissement de l'âne ! Comment est-ce possible ?

Rabbi Haïm ben Attar explique que Bilaam était un imposteur et non un prophète. C’était un astrologue qui regardait les étoiles et voyait l'avenir. Par exemple, il avait vu que Balak était destiné à être le roi de Moab, il alla donc trouver Balak et le bénit en tant que tel. Balak était alors convaincu de la puissance des « bénédictions » de Bilaam. Pourtant, lorsqu’Hachem envoie un ange pour dissuader Bilaam, il ne voit pas l'ange, mais l'âne, lui, le voit ! L'âne, qui ne bénéficie pas exactement d’un statut de haut niveau sur l'ordre du prestige de la création, est celui qui est choisi pour exposer Bilaam et sanctifier le Nom d’Hachem pour la postérité !

Le prophète Isaïe a choisi l'âne pour réprimander le peuple d'Israël quand il a dit, « … un âne connait son maître, qui le nourrit, mais Israël ne connaît pas son maître. » Le saint prophète révèle ainsi au peuple juif qu'ils doivent ouvrir les yeux et apprendre la leçon, d'un âne – aïe aïe aïe…

La Guemara dit que l'âne de Rabbi Pin'has ben Yaïr était prêt à mourir de faim plutôt que de manger quelque chose dont on n’avait pas correctement prélevé la dîme. Combien de fois avons-nous avalé des choses sans vérifier si elles étaient incontestablement cacher ou non ?

Alors qu'apprenons-nous de l'âne ?

Si une telle créature, apparemment si basse, peut magnifiquement sanctifier le Nom d’Hachem, alors nous aussi, nous le pouvons. Si une telle créature peut exposer la vérité, malgré les coups et le dénigrement, alors imaginez notre capacité : c’est inestimable ! Si un petit âne peut être si têtu et exigeant pour faire la volonté de Son Créateur, alors nous le pouvons certainement !

Le roi David est devenu l'auteur du Perek Shira parce qu'il avait la faculté de comprendre le langage de chaque création -minérale, végétale, animale et bien sûr humaine. Il savait comment chaque création servait le Créateur et apprenait donc de chacune d’elle. Dans la section de la Torah de cette semaine, Hachem nous donne le privilège d'être au courant de l'intervention de l'âne et de voir la manière étonnante dont il a servi Hachem. Si l'âne le peut, nous le pouvons aussi !

Croyez-vous encore que vous manquez des outils nécessaires pour accomplir votre mission sur terre ? Vous êtes équipé d'un outil inné qu'aucune autre création n’a – une âme sainte qui est une petite étincelle de la Divinité. Voilà quelque chose qu’un âne n'a pas. Bien sûr, il a son âme animale de base –le nefech – mais il n'a pas une néchama, l'âme divine. Cher ami, avec votre néchama, vous pouvez accomplir tout ce que vous souhaitez. Allez plutôt demander à un âne !

Traduit par Carine Rivka Illouz

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire