Bnei Noa’h : tracer la voie

le rôle de personne non juive et notre volonté de vivre en conséquence, selon le désir de D-ieu. Vous n'avez nullement besoin de changer d'une façon drastique votre façon de vivre.

5 Temps de lecture

Alice Jonsson

Posté sur 18.09.09

L'équipe de Breslev Israël est heureuse de vous présenter une série d'articles à propos des aspects pratiques des “sept commandements universels.” Notre objectif est d'expliquer d'une façon claire ces lois afin que les personnes non juives sachent leur signification et la façon dont elles peuvent les appliquer dans leur vie quotidienne.

Nous sommes conscients que la plupart de nos lecteurs non juifs ne sont pas familiers avec le judaïsme et le monde de la Tora (Bible). C'est pour cela que nous souhaitons leur offrir la possibilité d'emprunter un chemin nouveau pour eux, mais ancien dans l'histoire humaine. Ce chemin a été donné – à toutes les nations du monde – par notre Créateur.
 
Il est important de préciser que selon le judaïsme, il n'existe aucune obligation pour demander à une personne non juive de se convertir afin de se sentir liée à D-ieu. Une personne non juive peut – comme une personne juive – essayer de rendre le monde meilleur, vivre une vie d'une moralité irréprochable et remplie de joie, d'enseignements riches et de tranquillité. Simplement, le chemin qui s'offre à cette personne – pour atteindre ces objectifs – est distinct de celui des personnes juives.
 
Les lois de Noé – appelées également les “sept commandements universels”, ou les sept mitswoth (commandements) des Bnei Noa'h (des enfants de Noé) – sont déduites du chapitre 9 de la Genèse. La Genèse est un des cinq livres de Moïse ; elle appartient à un corpus beaucoup plus large : la Tora écrite (Bible). Celle-ci inclut également les livres des Prophètes et les Hagiographes (par exemple : le livre des Psaumes, des Proverbes…) ; d'autre, il y a la Tora orale (la Michna et la Guémara, c'est-à-dire le Talmud ), les Midrachim, les décisions halakhiques (de droit juif) et le Zohar (la base de la kabbale).
      
Les sept lois universelles sont :
 
1. Interdiction de l'idolâtrie.
 
2. Ne pas blasphémer. 
 
3. Ne pas tuer.
 
4. Ne pas voler.
 
5. Ne pas s'engager dans des unions illicites.
 
6. Instaurer des tribunaux.
 
7. Ne pas manger un membre d'un animal vivant.
 
Six de ces sept lois existaient déjà du temps d'Adam et Ève. Cependant, la septième loi – qui concerne le respect que nous devons accorder aux animaux – fut donnée après le déluge de l'époque de Noé et de sa famille. C'est à eux que fut confié la tache de peupler de nouveau la terre, à l'image d'Adam et d'Ève. Ces lois fondamentales s'adressent à l'humanité entière : ne descendons-nous pas tous et toutes de Noé et de sa famille à qui furent données ces lois ?
 
Avant que la Tora (Bible) fût donnée aux juifs au Mont Sinaï, eux aussi les respectaient. Si une personne non juive suit ces lois, une place lui est réservée dans le 'Olam Haba (le monde à venir). Cependant, il est très important de comprendre le fait que selon le judaïsme, le plus important n'est pas de s'imaginer vivre dans le monde à venir tandis que nous sommes dans ce monde. Plutôt, l'essentiel consiste à vivre une vie – dans ce monde – qui respecte les principes fondamentaux que nous avons énoncés.
 
Si nous suivons les sept commandements universels, nous nous lions au Créateur, dans ce monde et dans notre vie présente. De la sorte, nous donnons une autre valeur à notre vie, à celle des personnes qui nous entourent et au monde dans lequel nous vivons. En les suivant, nous devenons les partenaires du peuple juif dans une tache commune : réparer le monde. Cependant, nous le faisons à notre manière, celle que D-ieu a voulue pour nous.    
 
Si nous suivons les sept commandements universels, nous nous lions au Créateur…
    
La Tora demande aux personnes juives de respecter 613 commandements. Ainsi, selon la Bible, la tache d'un juif est différente d'une personne non juive. Dit simplement, il nous suffit de suivre seulement les six commandements qui furent donnés à Adam et à Ève, plus le septième qui fut donné à Noa'h (Noé). La littérature juive orthodoxe présente différentes opinions à propos de la mise en pratique de ces sept lois universelles. Pour un Ben Noa'h – une personne non juive qui décide de suivre ces commandements – cela peut se révéler être une source de confusion.
 
Par exemple, certains rabbins déclarent avec force que les personnes non juives ne doivent pas dépasser une interprétation limitée des sept lois. D'autre part, d'autres rabbins sont d'avis que les Bnei Noa'h peuvent – s'ils le désirent – suivre d'autres lois inscrites dans la Tora. C'est pour cela qu'il est conseillé pour chaque Ben Noa'h (un “fils de Noé”) ou Bat Noa'h (une “fille de Noé”) d'avoir un rabbin qui sera la personne de choix pour lui transmettre les informations adéquates. C'est en suivant les conseils d'un tel rabbin que nous pouvons apprendre et – en fin de compte – suivre la Volonté divine.
 
Si nous croyons en la vérité de la Tora, nous ne devenons pas pour autant juif-ve. Si nous le désirions, nous devrions nous convertir. Plutôt, nous assumons notre rôle de personne non juive et notre volonté de vivre en conséquence, selon le désir de D-ieu. Ne vous inquiétez pas, vous n'avez nullement besoin de changer d'une façon drastique votre façon de vivre. Devenir un Ben Noa'h ou une Bat Noa'h est plus simple que vous ne le pensez. La seule chose à laquelle vous devez vous engager est de suivre les sept lois de Noé, dans leurs différents aspects.
 
Certains Bnei Noa'h peuvent choisir de vivre une vie religieuse rigoureuse. Ces personnes ont le désir d'apprendre une quantité importante de matériel destiné aux Bnei Noa'h ; elles peuvent décider d'accorder beaucoup de temps à la prière, de respecter le Chabath d'une façon appropriée pour les non juifs et même célébrer certaines fêtes juives. Même si ces décisions doivent être entourées des précieux conseils de rabbins compétents, elles offrent une possibilité de suivre une vie riche de spiritualité, tout en étant non juif.
 
Ces personnes peuvent également choisir d'investir beaucoup de temps à établir des communautés de Bnei Noa'h ; ces communautés ont besoin d'institutions pour appendre les valeurs propres aux Bnei Noa'h ; le plus souvent, elles offrent des cours d'hébreu, langue dans laquelle la Tora est écrite… Pour tous ces efforts, l'aide de différentes communautés juives et souvent importante et appréciée.
 
Contrairement à de nombreuses religions, nous n'avons aucune obligation à assister à des services religieux ; de fait, nous n'avons pas de cérémonies religieuses à proprement parler. Le chemin rigoureux que choisissent certains peut être une source immense de bonheur spirituel. Cependant, il ne faut pas ignorer qu'il est également jonché de défis. De nombreux rabbins n'ont jamais été sensibilisés à la notion de “Bnei Noa'h ” et des sept lois de Noé. Cela les met souvent dans une position difficile pour nous guider et nous conseiller.
 
Trouver une communauté dans laquelle nous pouvons vivre et partager nos valeurs est également quelque chose d'extrêmement difficile. Les Bnei Noa'h sont encore trop peu nombreux pour envisager une telle vie. Si nous vivons aux côtés d'une communauté juive, il n'est pas toujours facile de comprendre la façon dont nous pouvons y être incorporés. Pour parler franchement, un Ben Noa'h peut être perçu comme un problème insoluble pour beaucoup de rabbins orthodoxes. Je dis cela avec tout le respect que je dois à ces rabbins.       
  
D'autre part, certains Bnei Noa'h peuvent choisir de vivre religieuse plus simple. Dans ce cas, les sept commandements universels sont utilisés comme un cadre de vie de base pour mener une vie juste et honnête. Les prières prononcées par ces Bnei Noa'h sont simples et le plus souvent, ils ne se servent pas de textes écrits pour s'adresser à D-ieu. En aucun cas, cela les empêche de se lier au Créateur et d'apprécier à sa juste valeur le monde dans lequel elles vivent et que nous a donné le Maître du monde.
 
Ce deuxième style de vie est plus simple à mettre en place et il offre une existence en tous points satisfaisante pour D-ieu. Nous n'avons aucune obligation de suivre la vie religieuse compliquée d'un juif orthodoxe pour plaire au Créateur. Compte tenu de l'état actuel des communautés de Bnei Noa'h, il s'agit d'une approche bien plus facile pour vivre selon les sept lois.
 
Nous sommes un petit nombre sur la planète terre et les complexités de la perspective juive orthodoxe peuvent nous sembler quelques fois au-delà de nos capacités de compréhension. Cela est important à se souvenir si nous désirons créer des liens forts avec une communauté juive.
 
Dans le prochain article, nous aborderons – avec l'aide de D-ieu – le premier commandement : l'interdiction de l'idolâtrie.

prochain article

Chaque zone qui touche notre vie devient un moment propice à l'apprentissage pour nous...