Un miracle dans la forêt

Souvent, le salut arrive quand on s'y attend le moins, surtout quand nous remercions Hachem pour les moments apparemment difficiles..

4 Temps de lecture

david perlow

Posté sur 12.07.20

 

Souvent, le salut arrive quand on s'y attend le moins, surtout quand nous remercions Hachem pour les moments apparemment difficiles de la vie. En fait, nous avons de nombreuses raisons de le remercier …

 

Je venais de terminer mon service militaire et je me suis retrouvé à étudier à la Yéchiva du Mah’on Meir à Jérusalem. Ce fut une telle bénédiction d'avoir enfin le privilège de consacrer toute mon énergie à l’étude de la Torah. À mon avantage, j'avais déjà commencé à faire hitbodedoute (prière personnelle) pendant mes tours de garde. Seul dans ma tour, je me retrouvais régulièrement en suivant les conseils énoncés dans le livre « A Travers Champs et Forêts ». Maintenant cependant, j'étais libre de faire hitbodedoute quand je le voulais, pas seulement en tenant une mitrailleuse.

A la Yéchiva, je fréquentais souvent la magnifique forêt de Jérusalem et y passais du temps à faire des prières personnelles. C'était exaltant de faire hitbodedoute dans une forêt. Jour après jour, je me promenais là-bas et je priais pour diverses choses comme le mariage. Deux mois après le début de la Yéchiva, je me suis fiancé à ma femme. Bien que j'étais incroyablement excité, je ne savais pas comment je trouverais un emploi ou pourrais subvenir à nos besoins. En plus de cela, je commençais tout juste à entrer dans l’étude de la Torah que mon âme avait tant désirée quand j’étais à l'armée. Je ne voulais pas tout arrêter et prendre le temps de rédiger un curriculum vitae pour sortir dans la “vraie vie”. Mon âme voulait continuer à apprendre la Torah, mais je n'avais pas vraiment d'autre choix.

 

Heureusement, j’avais étudié le « Jardin de la gratitude » qui enseigne l’importance d’être reconnaissant même pour les choses que nous n’avons pas. Le Rav Chalom Arouch a même expliqué que lorsque nous prions Hachem et remercions de ne pas avoir tout ce dont nous pensons avoir besoin, c’est un grand signe de notre Emouna. Cela signifie que nous croyons qu’Hachem est aux commandes et qu'il décide ce qui est le mieux pour nous. J’ai pris ce conseil à cœur et même s’il semblait totalement illogique de dire merci de ne pas savoir quoi faire, j’ai néanmoins senti qu’il y avait quelque chose dans les paroles du Rav.

 

Alors je me souviens fermer le livre et me dire : « C'est le moment, allons-y ! » Et je me suis dirigé vers la forêt de Jérusalem. C'était la fin d'après-midi, il faisait frais. Pendant 30 minutes, je n'ai fait que remercier. « Hachem, je ne sais vraiment pas ce qui se passe et comment je vais payer pour tout, mais j’ai la foi que Tu fais tout cela pour une raison et que tout est pour le mieux. Merci, selon la logique, je dois sortir dehors et chercher un emploi. Merci du fait que je vais perdre de nombreuses heures d'apprentissage précieuses de Torah pour trouver du travail. Merci pour cette situation dans laquelle je me trouve, je suis seul, effrayé et je ne sais vraiment pas quoi faire, mais je crois que tout est pour le mieux et merci pour les circonstances dans lesquelles je suis. »

J'ai passé mes 30 minutes à dire des mots de gratitude, puis j'ai commencé à marcher plus loin et plus profondément dans la forêt pour continuer ma session de prière personnelle.

 

 

 

Soudain, de nulle part, j'ai entendu des cris. L'adrénaline de mon armée s'est déclenchée et est devenue extrêmement consciente de l'endroit où j'étais et de ce qui se passait. Puis plus de cris. J'ai regardé dans la direction du bruit. En face de l'endroit où je me tenais, il y avait une grande vallée avec un centre équestre de l'autre côté. Un homme d'âge moyen et ses deux fils tentaient de pénétrer dans la propriété pour atteindre la route principale de l'autre côté. Ils s'étaient apparemment perdus. Un des travailleurs là-bas a commencé à crier : « QUE FAITES-VOUS SUR MA PROPRIÉTÉ, C’EST PRIVÉ, VOUS NE POUVEZ PAS ÊTRE ICI !!!. » Il a commencé à lever les bras et a donné l'impression qu'il allait être violent à tout moment. La situation semblait vraiment effrayante. Mes instincts militaires ont pris le dessus.

 

J'ai crié à pleins poumons, « HEY !!!!!!! » Le père a tourne la tête en regardant dans ma direction, ses yeux étaient de la taille d'un ballon de basket. « SUIVEZ-MOI !! » Lui et ses fils se sont rapidement retirés de la zone où se trouvait cet homme effrayant. J'ai couru vers la vallée pour les rencontrer à mi-chemin et les ai aidés à quitter la forêt car je connaissais la sortie en raison de mes fréquentes visites. J'ai aidé à porter leurs vélos et je les ai amenés dans la rue principale par une autre sortie. Mon adrénaline était à fond ; j'étais reconnaissant d'avoir été exactement à cet endroit quand tout cela leur est arrivé. Qui sait ce qui aurait pu leur arriver ??!

 

Nous sommes arrivés à la sortie de la forêt, les enfants sont remontés à vélo, le père était tout sourire. Je venais de passer 30 minutes à remercier d'être fauché et sans emploi. De quoi je me souviens ensuite ? Du père qui a dit : « Hé, tu veux un travail ? »

 

Et c'était tout. J'ai commencé à travailler dans son entreprise en tant que professeur d'anglais pour hommes orthodoxes. Ça a été mon tremplin pour devenir professeur ici en Israël. Le pouvoir des remerciements est incroyable ; je l'ai vu de mes propres yeux après une session de prière personnelle !

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

Je ne suis jamais allée à une réunion de lycée, mais voir un ancien camarade de classe briller à la une d'un grand journal m'a fait me demander : "Alors et toi, qu'as- tu fait dans la vie ? "

Contenu sur le sujet