Le voleur qui efface la dette

C'est une histoire vraie qui est arrivée à la rédaction du site Breslev Israel :

5 Temps de lecture

Rav chalom Arouch

Posté sur 31.10.21

 

 

C'est une histoire vraie qui est arrivée à la rédaction du site Breslev Israel :

 

En Israël, un vol se produit toutes les trois minutes, selon les statistiques de la police. Quand on devient une statistique, c'est "juste" un autre cas plus isolé parmi des milliers. Et si vous êtes maintenant une statistique, quel est le problème ? Allez au commissariat, la police va essayer de vous aider, bien que toute cette procédure soit assez « robotique » et pas très agréable pour nous de dire : « Ah… un braquage… oui. Et qu'ont-ils volé ? S'il vous plaît essayez de me donner des détails… ». Et les policiers tapent les données dans l'ordinateur. Pure bureaucratie.

 

Et au milieu de tout cette confusion, moi aussi je m'ajoute. Celui qui involontairement, est entré dans les statistiques  mentionnées plus tôt. Celui qui est désormais au centre d'une énième affaire de « braquage ». Encore un sur la liste…

 

Dans la plupart des cas, lorsque vous parlez aux autres de votre traumatisme personnel, les gens vous disent que vous n'êtes pas le seul. Chacun tombe sûrement dans cette statistique ennuyeuse. « On passe tous par ça au moins une fois dans notre vie (et j'espère pas plus que ça…). Alors bon, maintenant ça m'est arrivé. Et j'ai plusieurs choses à dire à ce sujet ».

 

Des voleurs ont fait irruption dans notre maison. Ils ont tout bouleversé, détruit, volé. Ils ont pris des choses qui ne leur appartiennent pas. Le choc initial s'accompagne d'une sensation d'étouffement et la frayeur vous donne la nausée, vous donne envie de vomir cette chose répugnante que vous vivez. Et ainsi tu erres mort de peur, comme un zombie pendant plusieurs jours, tandis que ta conscience refuse de saisir et de croire qu'ils sont entrés chez toi, qu'ils sont entrés dans ton âme. Vous refusez de comprendre qu'un parfait inconnu a fait irruption sur votre territoire privé et a volé vos affaires. Cela mine toute confiance en vous, comme si quelqu'un vous tirait le tapis sous les pieds et que le tremblement de terre ne vous laissait pas une seconde de repos. Un tourbillon emotional et un choc profond vous envahissent.

 

Comment gérez-vous un cambriolage ? Avec peur, avec panique ? En premier lieu, en tant que personne croyante, la emouna et la confiance en Hachem ont démontré leur pouvoir, et sans eux, non seulement je tomberais dans le désespoir, mais je plongerais dans un bourbier de peur et de pensées négatives. Ensuite, j'ai essayé de trouver des coins de confort et de tranquillité d'esprit, de comprendre ce qui s'était passé et pourquoi cela m'était arrivé précisément. Dieu merci, nous sommes des croyants et c'est pourquoi je me suis tourné vers les sources citées dans les livres sacrés afin d'approfondir le sujet. J'ai ouvert le Sefer Hamidot – Livre des qualités de rabbi Nachman de Breslev où il est écrit " Là, le rabbin Nachman écrit que les voleurs arrivent par de vaines paroles que l'on prononce et bien d'autres mauvaises choses. C'est vrai : quand ils te volent, ce n'est pas juste quelque chose comme ça. Les paroles de notre cher Rabbi, Rabbi Chalom Arouch, m'ont aussi beaucoup aidé, et principalement dans son livre Dans le jardin de la foi et dans les lois très importantes qui y sont mentionnées : la première, que HaChem l'a ainsi arrangée ; la seconde, que tout est pour le bien ; la troisième, que cela contient un message pour moi, parce que tout se passe par la Supervision Divine  précise du Créateur et parce qu'il n'y a pas de souffrances sans transgressions préalables. J'ai donc commencé l'introspection. Après de nombreuses recherches, j'ai trouvé le trésor caché inestimable, le diamant dans la couronne : le verre à moitié plein. J'ai simplement décidé de voir la situation avec des lunettes roses. J'ai décidé d'affronter le braquage avec des lunettes emouna et puis les réponses ne se sont pas fait attendre- principalement dans son livre Dans le jardin de la foi et dans les lois très importantes qui y sont mentionnées : la première, que HaChem l'a ainsi arrangée ; la seconde, que tout est pour le bien ; la troisième, que cela contient un message pour moi, parce que tout se passe par une Supervision Divine Individuelle précise du Créateur et parce qu'il n'y a pas de souffrances sans transgressions préalables. J'ai donc commencé l'introspection. Après de nombreuses recherches, j'ai trouvé le trésor caché inestimable, le diamant dans la couronne : le verre à moitié plein. 

 

Vous vous demandez sûrement ce que j'ai trouvé dans le verre à moitié plein. Tout d'abord, je n'avais ni amertume ni ressentiment. Je n'ai vu que le bon. Cela peut vous sembler étrange, mais ce sont des choses qui s'acquièrent avec beaucoup d'efforts et beaucoup de sacrifices, avec beaucoup de larmes et beaucoup de prières, mais tout en vaut la peine. Parce que, comme je l'ai dit, au moment de vérité, l'émouna et le les remerciements ont fait leurs preuves et ont été à mes côtés dans ces moments difficiles.

 

Deuxièmement, je n'ai pas pointé un doigt accusateur sur qui que ce soit. "Alors HaChem l'a arrangé." C'est quelque chose de très puissant. Au lieu du doigt pointé, j'ai perçu la compassion du Créateur qui s'est manifestée de diverses manières : d'abord, que le vol était au milieu de la journée et non la nuit. Cela me terrifie de penser à quelqu'un avec un bas sur la tête qui se promène dans ma maison. Aussi, si cela s'était produit la nuit, et que soudainement l'un de nous s'était réveillé… Je ne peux même pas imaginer cette rencontre terrifiante ou ce qui, D.ieu nous en préserve, aurait pu se produire après, si le voleur avait une arme à feu. Troisièmement, ma sœur a follement insisté pour que je reste chez elle pendant l'heure où le vol a apparemment eu lieu. Imaginez ce qui se serait passé si j'étais quand même rentré à la maison

 

Dans l'un des derniers entretiens, le rabbi Chalom Arouch a prononcé une phrase très forte qui ne cesse de tourner dans ma tête et me donne l'impression d'être la personne la plus chanceuse du monde. J'ai écrit cette phrase dans mon journal, au bord de la page, et maintenant je lui trouve une utilité extraordinaire : « HaChem fait une faveur et recouvre la dette de la personne.  et ensuite seulement il le lui fait payer ». HaChem a donné et Hachem a repris. Le sens de cette phrase a été expliqué par le rabbi après le décès de Rabbi Yaakov Yossef, de mémoire bénie et sainte : Pourquoi HaChem a-t-il pris le Tsadik ? J'ai trouvé une interprétation particulière de la situation que je traversais : HaChem m'a fait une faveur et m'a donné les bijoux, puis HaChem m'a pris les bijoux ; Il les a pris pour recouvrer une dette que je lui dois. Qui sait ce que je lui devais. D.ieu merci, IL s'est remboursé en argent l'argent et non en evoyant des problèmes de santé physique ou mentale. Vous devez toujours vous réjouir et remercier le Créateur que ce n'est que de l'argent.

 

Nous ne pouvons pas comprendre les calculs divins : pourquoi une telle chose s'est produite. Je ne suis pas un saint et je n'ai pas l'esprit prophétique pour répondre à ce genre de questions. Mais je choisis de croire en toute simplicité et innocence à ce qui s'est passé et j'essaie de croire que tout est pour mon bien et que tout est conforme à Sa Supervision Individuelle précise.

 

Rabbi Chalom dit toujours qu'il faut dire quelque chose au Créateur, qu'il faut lui remonter le moral, alors, mon D.ieu, ceci est pour vous : merci pour le vol et d'avoir effacé ma dette. Non. Ce n'est pas comme lorsque les États-Unis effacent votre dette. Tout ce que fait HaChem est incomparable. Et nous ne pouvons pas vraiment savoir à quel point la compassion d'HaChem est infinie.

prochain article

Je ne suis jamais allée à une réunion de lycée, mais voir un ancien camarade de classe briller à la une d'un grand journal m'a fait me demander : "Alors et toi, qu'as- tu fait dans la vie ? "

Contenu sur le sujet