Raviver son âme en cinq minutes

Ce stratagème est une leçon d'Elicha, le prophète. Tout scénariste hollywoodien serait ravi de la confrontation tendue entre le prophète et le roi idolâtre...

3 Temps de lecture

le rabbin Lazer Brody

Posté sur 18.08.2018

Avez-vous déjà été de bonne humeur, optimiste et positif, lorsque soudainement, vous rencontrez quelqu'un que vous n'aimez pas vraiment ? Ou peut-être que c'était quelqu'un qui vous a insulté, trompé ou énervé dans le passé ? Quoi qu'il en soit, nous rencontrons parfois des personnes qui font ressortir le pire en nous, que ce soit la colère ou une autre émotion déplaisante.
Qu'est-ce qui nous arrive dans une situation comme celle-là ?

Imaginez que votre âme soit une petite bougie vacillante qui illumine les ténèbres de votre vie. La personne qui a déclenché votre réaction négative est comme quelqu'un qui a jeté de l'eau froide sur la bougie et l'a éteinte. Le défi consiste maintenant à raviver la bougie aussi vite que possible et à revenir à l’équilibre pré-créé.

En termes simples, si quelque chose ou quelqu'un blesse notre joie dans la vie, nous devons la rallumer aussi vite que possible. Vous pourriez appeler cela une réanimation d'urgence pour l'âme. C'est ce que nous allons apprendre maintenant – comment enflammer l'âme en moins de cinq minutes.

Je ne peux pas prendre le crédit pour le stratagème que nous allons apprendre ; c'est une leçon d'Elicha, le prophète, dans le troisième chapitre des Rois II. Tout scénariste hollywoodien serait ravi de la confrontation tendue que le prophète décrit ici :

Yoram, le fils maléfique du célèbre idolâtre Ah’ab, était le huitième roi d'Israël en Samarie. Au même moment, Yehochaphat était le roi de Judée. Le roi de Moab a déclaré la guerre à Yoram et à Israël. Bien qu'Israël et la Judée se soient divisés en deux royaumes après la mort du roi Salomon et qu'Israël ait succombé au culte des idoles, Yoram s'est toujours tourné vers ses frères juifs de Judée en espérant qu'ils l'aideraient en temps difficiles. Yehochaphat a accepté.

Leur armée commune marchait avec leur allié Edom, qui méprisait également Moab. Ils ont marché sept jours dans le désert d'Edom pour surprendre Moab par le sud, mais ils n'ont pu trouver de l'eau nulle part. Dans son sarcasme blasphématoire, Yoram déclara : « Hachem a fait appel à trois rois pour nous livrer entre les mains de Moab. »

Yehochaphat, visiblement contrarié d'entendre un tel blasphème de la part de Yoram, demanda : « N'y a-t-il pas ici un prophète d’Hachem, de qui nous pouvons entendre la parole d’Hachem ? » Yehochaphat savait qu'ils avaient grandement besoin de la bénédiction d'un saint homme.

Un des officiers israélites répondit : « Elicha, le fils de Shaphat, n’est pas loin, il était le serviteur et le substitut d’Élie, le prophète. »

Soulagé, Yehochaphat dit : « La parole d’Hachem est avec lui. » Les trois rois s’en allèrent voir Elicha.
Quand Elicha vit l'idolâtre Yoram, il perdit son sang-froid et avec lui, son esprit saint. Il gronda le roi d'Israël : « Qu’est-ce que j’ai à faire avec toi ? Va voir les prophètes de ton père et de ta mère (Ah’ab et Jézabel) ! » Il se tourna alors Yehochaphat et dit : « Sans toi, roi Yehochaphat de Judée, je n’aurais jamais regardé cette personne ! »
« Mais Saint prophète », plaida Yehochaphat, « nous avons besoin de votre bénédiction ! Nous devons entendre la parole d’Hachem ! »

Que pouvait faire Elicha ? En voyant Yoram, le fils pervers du roi et de la reine les plus méchants d'Israël, Ah’ab et Jézabel, qui avait tout tenté pour tuer son saint mentor, le prophète Elie, il fut si contrarié et irrité qu'il perdit son esprit saint. Il ne pouvait pas proférer de bénédiction, et encore moins transmettre la parole d’Hachem. Que pouvait-il faire ?

Hachem fit jaillir une idée dans l'esprit du prophète. « Apportez-moi un compositeur ! » Yehochaphat convoqua un musicien qui joua une mélodie de dévotion à Hachem pour Elicha. En quelques minutes, le saint esprit d'Elicha lui revint. Non seulement il bénit les rois, mais il leur donna aussi la stratégie qui leur permis de vaincre Moab.

Nous pouvons faire la même chose qu'Elicha, et cela fonctionne à merveille.
Si vous sentez que votre âme s'est éteinte, chantez ou fredonnez votre mélodie préférée. Choisissez la mélodie qui vous inspire ou vous encourage toujours. En moins de cinq minutes, vous sentirez une chaleur dans votre poitrine. Cela vient de votre âme – il suffit juste de se rallumer.

Si vous n'avez pas de nigoun (mélodie) en tête, essayez celui-ci ; c'est une de mes compositions originales et une de mes préférées, et ça marche toujours pour moi. Profitez-en :
Veuillez insérer : https://www.youtube.com/watch?v=GyFyKyyA7is

 

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire