Autocorrection

La condition préalable la plus importante pour l'autocorrection est la conscience de soi. La première chose que nous devons tous savoir sur nous-mêmes, c'est que chacun de nous a un...

4 Temps de lecture

le Rav Shalom Arush

Posté sur 15.09.19

La condition préalable la plus importante pour l'autocorrection est la conscience de soi. La première chose que nous devons tous savoir à propos de nous-mêmes, c'est que chacun de nous a un yetser hara, c’est-à-dire un mauvais penchant.

Beaucoup de gens sont frustrés ou intimidés par leur mauvais penchant. On entend souvent : « Si seulement je n'avais pas un mauvais penchant aussi forte… », Ou « Pourquoi Hachem a-t-il dû m'alourdir avec un mauvais penchant ? »

Le mauvais penchant est une partie nécessaire de notre anatomie spirituelle, tout comme deux bras et deux jambes sont des parties nécessaires de notre anatomie physique. Notre tâche principale sur terre est de nous corriger en canalisant l'énergie négative du mauvais penchant vers des efforts positifs, tels que l'étude de la Torah et l'accomplissement des mitsvotes. 

La Techouva, qui signifie littéralement le fait de revenir, est le processus d'élévation et de conversion de nos pulsions animales en pouvoir spirituel. Aucune autre création sur terre n'est capable de transformer le matériel en spirituel. En tant que tel, le Juif a une tâche unique sur la terre : avec un corps d’animal, il est capable de surpasser un ange et d’atteindre de hauts sommets spirituels.

L'autocorrection, le raffinement de l'inclination maléfique, est une guerre constamment ponctuée de hauts et de bas. Comme dans une guerre, nous gagnons des batailles et nous en perdons. Plus une personne devient forte, plus son penchant mauvais le devient également. On se demande pourquoi – le mauvais penchant ne devrait-il pas être affaibli avec le temps ? La réponse est non. A mesure que la personne se renforce sur le plan spirituel, elle fait face à une opposition plus dure ; c'est pour son bénéfice ultime afin de lui permettre de mériter d'autres gains spirituels et d'augmenter sa récompense ultime dans le monde à venir. Le même principe s'applique en athlétisme professionnel : plus un athlète est performant, plus la compétition à laquelle il participe est difficile.

On ne devrait jamais être découragé par le mauvais penchant, continuez à vous battre ! Un bon perchiste pourrait facilement exclure tous ses adversaires des ligues mineures, mais il perdrait ensuite quelques tournois lorsqu'il se qualifierait pour les ligues majeures. Tout le monde sait qu'un record fait de 50 victoires et 50 défaites dans les ligues majeures est beaucoup plus admirable qu'un record de 90 victoires et 10 défaites dans les ligues mineures. Par conséquent, les revers nous rappellent que nous avons un travail à faire et que nous combattons des adversaires difficiles. En luttant contre une résistance féroce, nous réalisons un formidable gain spirituel et affinons notre âme.

Hachem aide
Une fois que nous avons pris conscience que nous avons chacun un mauvais penchant, le deuxième principe que nous devons savoir est que nous sommes incapables de la vaincre seuls, à moins qu’Hachem ne vienne à notre aide. Cela nécessite que nous recherchions l'aide d’Hachem. 

Le principal moyen de vaincre le mauvais penchant et de nous renforcer spirituellement consiste à prier Hachem, à lui demander Son aide et Ses conseils pour éviter le péché et faire les bons choix. Hachem aide ceux qui recherchent Son aide.

Certaines personnes se blâment, se punissent ou sont totalement déçues lorsqu'elles font quelque chose de mal. C'est un mode autodestructeur qui ne mène qu'à la dépression et au désespoir. Si un boxeur était déprimé lorsqu'il était touché par son adversaire, il serait vite complètement assommé. Chacun de nous, même le plus grand des tsadikim, a des revers de temps en temps. La déception de  nous-mêmes ne nous mene à rien ; par contre, demander l'aide d’Hachem aide toujours ! 

La Techouva, c’est le bonheur
La seule façon de faire téchouva, c’est en étant heureux. 

Une personne triste et déprimée n’a aucun contrôle sur son processus de pensée. Sans calme mental, on ne peut pas atteindre la Emouna (la foi) ni faire Techouva. Une personne triste et déprimée est comme un prisonnier de guerre, capturé par son impitoyable mauvais penchant. La dépression et la sainteté sont mutuellement exclusives. Pour cette raison, le mauvais penchant veut qu'une personne soit constamment en dépression. 

On se demande alors, comment puis-je être heureux ? La réponse est étonnamment simple : une personne est heureuse lorsque son âme est gratifiée, et son âme est satisfaite lorsqu'elle accomplit la Volonté d’Hachem. Puisque la Techouva amène une personne à accomplir la Volonté d’Hachem, la Techouva mène également à la satisfaction de l'âme et au bonheur. 

Les 24 cours célestes
Il y a 24 cours célestes qui jugent une personne toutes les heures et tous les jours. Une personne qui fait de bonnes actions reçoit un verdict positif ; l’âme réagit immédiatement à un jugement positif dans la Cour céleste avec optimisme et bonheur. Le contraire est également vrai ; Celui qui encourt un verdict défavorable résultant d'une action négative ressent de la tristesse, du pessimisme et une lourdeur d'esprit.

Roch Hachana, le nouvel an du calendrier juif, est le jour annuel du jugement, lorsqu'il est décidé si une personne vivra ou mourra, son revenu annuel et d'autres facteurs généraux. Cela ne contredit pas le fait qu'une personne est jugée à chaque heure de la journée. Par exemple, à Roch Hachana, il est décidé qu'une personne gagnera deux mille dollars le 8 janvier ; et le matin du 8 janvier, il est décidé comment cette personne gagnera l'argent, dans la joie ou dans le chagrin.

Dans tous les cas, une personne peut toujours changer ce qui a été prédéterminé à Roch Hachana grâce à la Techouva, la prière et la charité.

Ecrivez-nous ce que vous pensez!

Merci pour votre réponse!

Le commentaire sera publié après approbation

De l'équipe du site

Ajouter un commentaire

prochain article

Il nous manque le Temple de Jérusalem et nous ne pouvons donc pas offrir les sacrifices pour expier nos péchés...